3 grandes qualités pour un projet technologique réussi

Aujourd’hui, la gestion en mode projet est un incontournable dans les organisations pour la concrétisation de leur vision et de leurs objectifs, car les technologies de l’information sont de plus en plus complexes et interconnectées. Ajoutons à cela que le Québec est en retard dans l’adoption des outils numériques de gestion. Selon Joé Busière, Directeur Général de Libéo, c’est ce qui mine la productivité. « Beaucoup d’entreprises et d’organisations sont encore très frileuses et le retard est de plus en plus coûteux à rattraper ! C’est un peu la même chose pour le commerce électronique. ». En effet, les besoins dépassent la capacité disponible. Une saine gestion de projet, permet, entre autres, d’être plus prévisible, de trouver rapidement des solutions qui répondent aux besoins, d’économiser du temps et de l’argent, de bâtir un produit de qualité dès la première livraison, ainsi que d’améliorer ou encore d’augmenter la satisfaction de la clientèle.

Dans mon article portant sur les défis de la gestion de projets technologiques, j’expliquais que les bonnes ressources se font de plus en plus rares dans ce domaine d’activité. Curieuse d’en savoir plus, j’ai demandé à certains finalistes OCTAS 2016 de me partager, selon leur point de vue, les qualités recherchées d’un gestionnaire de projets technologiques d’aujourd’hui. Car après tout, dans le contexte budgétaire actuel où chaque dollar est compté, comme le dit si bien René Lacroix, vice-recteur adjoint aux ressources informationnelles et dirigeant principal de l’information à l’Université Laval et récipiendaire d’un prix MÉRITIC, il est impératif que les petits et les grands projets se réalisent conformément aux meilleures pratiques en réalisation de projet, ceci afin de réduire les risques d’erreurs et les retards, et contenir la croissance des coûts associés à une demande toujours grandissante.

Outre la passion, voici donc trois grandes qualités recherchées :

La maitrise de la gestion de projet est essentielle

Le gestionnaire de projets technologiques doit savoir coordonner les ressources humaines matérielles, informationnelles et financières afin de réaliser efficacement un projet. Autrement dit, pour qu’un projet fonctionne bien, selon Kevin Moore, cofondateur et chef de la direction de l’entreprise Vooban qui a contribué à la refonte du Portail Unifié, du groupe PPP , projet finaliste OCTAS 2016, il faut que le gestionnaire puisse identifier le « carré de sable » dans lequel il s’est permis de jouer. C’est-à-dire savoir ce qu’on peut faire et ce qu’on ne peut pas faire en terme de projet, de véhiculer le contexte à son équipe en plus de s’assurer que l’information soit communiquée clairement. Pour avoir des résultats concluants, cela demande en quelque sorte de savoir analyser des situations complexes afin de pouvoir, dès le départ, déterminer rapidement les enjeux prioritaires qu’un projet représente. Que ce soit sur le plan politique, stratégique, technologique ou encore humain. Un bel exemple d’application est le projet Chocoportrait la nouvelle carte de souhaits de Chocolats Favoris créée par Libéo et finaliste OCTAS. M. Bussière précise que l’impression d’une étiquette de cette qualité à partir d’une imprimante dans chaque succursale a représenté un beau défi. « Il faut maintenir la qualité de la marque. La canne devait pouvoir bouillir 30 minutes sans que l’étiquette ne se détériore. Il faut aussi rappeler que l’ensemble du projet a été réalisé en 6 semaines. Juste à temps pour la période des fêtes 2015 !.»

Il faut savoir travailler en équipe

Toutes les personnes que j’ai interviewées étaient du même avis que savoir travailler en équipe est une qualité essentielle pour un gestionnaire de projet. Il faut, entre autres, montrer un leadership positif, être au courant de toutes les étapes du projet en plus de connaître les défis pour faire un suivi efficace. Cela implique de savoir mobiliser, organiser, orchestrer les ressources avec respect ainsi que savoir valoriser les contributions de ses collègues. Enfin, comme le numérique est omniprésent dans nos vies, il est primordial, également, d’avoir un côté humain. Le directeur général de Libéo ajoute à cela qu’il est intéressant que le gestionnaire de projet soit impliqué dans les différentes communautés numériques de partout sur la planète et de sa région pour les faire avancer. « C’est une personne qui sait que c’est en travaillant en équipe que l’on va plus loin. »

Il faut s’adapter aux différents changements

Comme tous les domaines d’activités sont en constante évolution, notamment avec l’arrivée de nouvelles technologies, un bon gestionnaire de projet doit savoir s’adapter rapidement aux différents changements en plus de savoir proposer les bons outils en fonction des différents objectifs à atteindre et des méthodes de travail qui seront sélectionnées. Luc Michel Delisle , Gestionnaire TI, à la Société des alcools du Québec  (SAQ) dont le projet SAQ Inspire est finaliste OCTAS 2016, ajoute à cela qu’il est nécessaire que la personne qui est responsable des projets technologiques au sein d’une organisation ait une bonne compréhension des besoins de chacun des partenaires d’affaires en plus de bien comprendre la réalité de la clientèle ciblée. C’est ce qui l’aidera, entre autres, à faire la sélection des meilleures solutions qui assureront le succès d’un projet

À vous la parole maintenant. Ajouteriez-vous d’autres qualités à cette liste ?

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.