Vous devez faire des choix pour vous lancer en affaire

Dernièrement, je me suis mise à penser aux choix que j’avais faits depuis mes débuts en affaires qui m’ont permis et me permettent encore aujourd’hui de réaliser et de mettre en place des projets et qui m’aident aussi à continuer à évoluer en tant qu’entrepreneure. Suite à cette réflexion, je vous partage les choix qui ont eu le plus d’impact sur moi jusqu’à maintenant.

Vivre de mes propres projets

Lorsque j’avais 18 ans , je rêvais d’avoir un emploi dans un domaine qui me passionnait. J’étais motivée à apprendre et à relever des défis. Je manquais par contre d’expérience et j’avais de la difficulté à me trouver un emploi selon mes valeurs. C’est durant cette période qu’un de mes premiers mentors m’a ouvert les yeux sur la possibilité de créer mon propre emploi. Suite à ses conseils, j’ai décidé de lancer ma première entreprise. Depuis ce temps, je réussis à vivre de mes projets même si cela n’est pas toujours rose. Niviti , mon entreprise actuelle, créée en 2011, me permet de mettre en pratique ma créativité et de relever des défis tous les jours.

Apprendre autrement

Même si je réussissais assez bien à l’école, je devais mettre les bouchées doubles pour y parvenir.  En 2005, j’ai lancé MacQuébec qui est devenu, avec le temps, la meilleure école qui soit pour moi.  Avant mes études collégiales, j’ai aussi créé Mikimya, ma première entreprise de services. C’est vraiment durant cette période que j’ai compris que je préférais apprendre de mes expériences par la pratique et des expériences vécues par d’autres entrepreneurs. Une fois mon CEGEP complété avec en main un diplôme en graphisme, j’ai décidé de ne pas poursuivre à l’Université et de continuer le développement de Mikimya avec une première associée. Bien que cette entreprise n’existe plus aujourd’hui, j’ai appris à me connaître davantage autant sur le plan personnel que professionnel. J’ai aussi appris l’importance de dessiner mon propre chemin en affaires. Je sais très bien que ce qui fonctionne pour d’autres ne fonctionne pas nécessairement pour moi. C’est pour cette raison d’ailleurs que j’accorde une grande importance à comprendre le pourquoi de chaque action posée ou des décisions que je prends.

Attendre avant de m’associer à nouveau

J’ai eu par le passé deux mauvaises expériences avec des partenaires d’affaires. La première a été très difficile émotionnellement. La deuxième, elle  m’a coûté beaucoup de sous.  Je me suis associée trop rapidement avec des personnes que je ne connaissais pas assez. Alors,  j’ai fait le choix d’avancer dans mes projets en m’entourant de personnes de confiance que j’engage pour des projets particuliers ou des tâches précises. Je préfère maintenant travailler longtemps avec une personne pour mieux la connaître avant de prendre certains engagements avec elle.

Séparer amis et affaires

J’ai, très tôt, fait le choix de mettre ma vie personnelle de côté et de me consacrer sur le développement de mes premiers projets. J’ai décidé aussi de ne pas mélanger amis et affaires afin de me permettre de décrocher plus facilement lorsque je suis en présence d’eux. Aujourd’hui, mes amis s’intéressent davantage à ce que je fais. J’essaie quand même de toujours garder une certaine distance pour me protéger et profiter pleinement de ma vie personnelle et professionnelle. Par contre, je suis très touchée lorsqu’ils me félicitent pour le chemin que j’ai parcouru jusqu’ici.

Travailler directement avec les entrepreneurs et organismes ou entreprises qui font la promotion de l’entrepreneuriat

J’ai pris un certain temps à trouver ma clientèle cible. Mes affaires ont commencé à progresser lorsque j’ai saisi réellement le type de clients que je voulais rejoindre. J’aime travailler avec les entrepreneurs parce que je connais bien leurs défis, étant moi-même une entrepreneure.  Et j’ai trouvé la niche qui me rejoint dans les entreprises et organismes qui ont comme objectif de faire la promotion de l’entrepreneuriat. Je me sens bien à travailler avec des gens qui partagent les mêmes valeurs que moi.

Éviter de faire des choix sous pression

Je m’éloigne des personnes au profil «vendeur» qui veulent me faire prendre des décisions trop rapides et qui n’ont pas la même vision et les mêmes valeurs que moi. Je comprends très bien l’importance de se fixer des objectifs d’affaires, mais également j’aime me donner le droit d’avoir  la possibilité d’y parvenir et d’accéder à mes objectifs à mon rythme sans me mettre de la pression sur les épaules.  Cela me permet de travailler avec des clients qui veulent partager les mêmes valeurs que Niviti, d’avoir un meilleur contrôle sur mes projets et de valider mes forces et faiblesses plus facilement. J’ai compris que j’étais la meilleure personne dans mon entreprise pour communiquer ma vision et ma passion.

Opter pour le télétravail

J’ai demeuré trois ans à Rivière-du-Loup pour mes études en graphisme et trois ans à Montréal au début de ma carrière. Je travaille donc à distance avec plusieurs de mes clients depuis mes débuts en affaires. J’ai ainsi développé des réflexes et des aptitudes qui me rendent aujourd’hui très efficace et responsable dans ce genre de méthode de travail. Je sais que d’autres personnes fonctionnent aussi très bien de cette manière. Je permets donc à mes collaborateurs de travailler à distance.  L’Espace Niviti, un projet que je viens de lancer à Beauport, permet justement à ces derniers de se rassembler occasionnellement pour travailler en équipe ou pour profiter d’un espace de travail collaboratif .

À vous la parole maintenant. J’aimerais connaître les choix les plus importants que vous avez eu à faire en tant qu’entrepreneur. Faites-le-moi savoir dans les commentaires.

A+

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.

  • Corinne Guimont

    Il y a plein de sagesse dans tes paroles Kim… Merci pour ce billet. De mon côté, je dirais que le choix le plus important que j’ai fait est de décider de voler de mes propres ailes dans un domaine en pleins changements, celui des médias… Il est encore plus primordial pour moi d’écouter mon propre rythme et mon instinct, peu importe ce qui se fait « normalement » 🙂