Investir dans la santé des employés, c’est rentable

Cet article est présenté par la Financière Sun Life


Voir à la santé des employés est un sujet qui, malgré les campagnes de sensibilisation, demeure tabou dans plusieurs milieux de travail. Vers la fin de l’année 2015, j’ai commencé à m’y intéresser en mettant en place un premier événement de réseautage spécial plein air afin d’intégrer de saines habitudes chez Niviti. Et depuis, je m’intéresse à différentes initiatives qui vont en ce sens. C’est donc avec un grand intérêt que j’ai assisté, le 22 novembre dernier, à une conférence de Robert Dumas, président de la Financière Sun Life, Québec, qui portait sur ce propos. L’événement, organisé en collaboration avec la Chambre de Commerce de Québec, avait lieu au Hilton Québec.

Monsieur Dumas nous a livré beaucoup d’informations, ce qui m’a permis d’en connaître plus sur la situation actuelle. J’y ai appris, entre autres, que chaque année, les coûts liés à l’état de la santé des employés représentent des milliards de dollars pour les entreprises. Pour être plus précise, j’ai retenu que 35 % des répondants à une étude effectuée en 2015 par la Financière Sun Life ont indiqué que : « leur santé physique ou mentale a eu un effet négatif sur leur productivité au travail au cours des six derniers mois ».

De plus, selon une enquête de Statistique Canada sur la population active, les employés du secteur privé s’absentent majoritairement pour cause de maladie environ 8 jours par année. Ajoutons à cela que, selon une étude de Hewitt Associates à propos des meilleurs employeurs, les employés engagés dans leur entreprise, plus précisément ceux qui considèrent leur entreprise comme la leur et sont inspirés par leur travail, prennent 50 % moins de jours de maladie et courent un risque quatre fois moins élevé de souffrir de détresse psychologique. Ils cherchent toujours à s’améliorer en trouvant des façons de faire pour augmenter leur rendement au travail pour leur bien-être et celui de leur entreprise.

Puis, ce n’est pas tout. J’ai appris que l’insécurité financière était devant le travail en tant que grande source de stress et que 50 % des travailleurs québécois prévoyaient travailler à leur retraite pour subvenir à leurs besoins. Plus précisément, selon l’Indice de mieux-être des Canadiens Sun Life 2015, trois (3) Canadiens sur quatre (4) soulignaient que les questions d’argent représentaient une source de stress importante pour eux.

La santé financière des employés, qui était, d’ailleurs, le point central de la conférence du président de Financière Sun Life Québec, représente donc un élément important de la santé globale et c’est un facteur d’influence important du rendement des entreprises. Monsieur Dumas a tenu aussi à préciser que la santé financière des employés avait une influence, dans la vie quotidienne, autant au travail qu’à la maison.

Pour corroborer les propos de Monsieur Dumas, je suis allée chercher des exemples concrets visant à inverser la tendance.

J’ai appris, par exemple, que Lassonde, Certifiée Entreprise en santé – Élite depuis 2009, offrait la possibilité à leurs employés permanents d’accumuler jusqu’à 40 heures (travaillées en temps supplémentaire) et de reprendre ces heures en congé au courant de l’année. Le résultat ? Monsieur Stefano Bertolli, vice-président, Communications, me soulignait que 80 % des employés étaient satisfaits de cette intervention. En plus, chaque année, Lassonde organise une soirée de reconnaissance pour les employés atteignant une tranche de cinq ans d’ancienneté au sein de l’organisation. Le taux de satisfaction par rapport à cette activité est de 97%.

De plus, en lisant l’article Suffisait de troquer le café par des fruits en date du 27 novembre 2016 sur La Presse+, j’ai découvert que la Caisse populaire de Limoilou, qui détient la certification Élite Entreprise en santé du Bureau de normalisation du Québec depuis 2012, avait pris l’initiative de rendre le café payant et d’offrir gratuitement des fruits à ses employés. Le directeur général, M. Robert Desrosiers, avait constaté à son arrivée en poste en 2009, un taux d’absentéisme dans le plafond et un taux de mobilisation au plancher. Selon lui, bien que les résultats soient difficiles à mesurer, un indice ne ment pas. Il mentionne que le taux de croissance de leur volume d’affaires augmente de 5 % à 7 % par année. Et ils y parviennent avec une quarantaine d’employés de moins qu’à son arrivée.

J’en déduis donc que les personnes actives, en forme et en bonne santé sont plus motivées, plus productives, plus intéressées et impliquées dans leur travail. Autrement dit, investir dans la santé des employés est rentable. C’est aussi un avantage concurrentiel lorsqu’il est question de les mobiliser et les retenir, en plus de donner un pouvoir d’attraction auprès des meilleurs candidats.

Enfin, cette conférence m’a convaincue qu’il faut parler davantage des employeurs qui investissent dans des programmes de santé et bien-être pour leurs employés. C’est la meilleure façon d’inspirer d’autres entreprises à suivre la même direction.

À vous la parole maintenant. Connaissez-vous des entreprises qui ont des programmes de santé et bien-être pour leurs employés ? J’aimerais les connaître ainsi que leurs initiatives.

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.