3 générations de succès pour le Buffet Royal

Si, comme moi, vous êtes de Beauport, vous connaissez sûrement le Buffet Royal, qui sert ses clients depuis maintenant 60 ans! (Vous pouvez d’ailleurs lire l’histoire de l’entreprise juste ici!) Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que l’entreprise en est à sa 3e génération, un parcours que réussissent seulement 10% des entreprises familiales. Quand on sait en plus que 70% des restaurants ferment dès leurs 5 premières années d’existence, on peut vraiment parler d’un Success Story!

 

60 ans et toujours actuel

J’ai découvert ce restaurant quand j’étais petite grâce à mon père, qui était un habitué et nous y emmenait dîner, ma soeur et moi. Je me rappelle que les frites y étaient délicieuses et que le service était très sympathique et chaleureux! C’est donc avec la tête pleine de souvenirs que j’ai été rencontrer Eric Sanfaçon, 3e génération à tenir la barre de l’entreprise. Je savais que le restaurant venait d’être ré-ouvert suite à des rénovations, mais je ne m’attendais pas à un si beau résultat! Un nouveau look qui marie le vintage et le moderne, avec mon coup de coeur; une murale de Giffard, le quartier où est situé le restaurant, en 1963 et en 2014!

Étant arrivée en avance en raison des routes enneigées (je suis du genre stressée), j’ai eu le plaisir d’explorer la murale de plus près et même de repérer l’emplacement de la maison où j’ai grandie. Deux clients réguliers se sont joints à moi pour me partager leurs souvenirs du quartier et me montrer combien certains endroits avaient changés après toutes ces années. J’ai alors senti à quel point l’histoire était ancrée dans cet établissement, et à quel point ce dernier était ancré dans le coeur de ses clients.

La mère d’Eric m’a confirmée cette impression; “Plusieurs couples se sont mariés après s’être rencontrés ici!” De grands noms ont également pris place à leurs tables, comme Marcel Bouchard et plusieurs politiciens. “On en a vu et entendu des choses, mais on ne vous donnera pas de scoop!” m’a-t-elle lancée en riant.

C’est d’ailleurs ce qui explique, du moins en partie, la réussite du restaurant pendant tant d’années, selon Eric; “Les relations entre les clients et le personnel et l’ambiance conviviale et familiale qu’on y retrouve. Si vous vous assoyez au comptoir, vous pouvez être sûr qu’en quelques minutes, quelqu’un va venir vous parler. Ç’a toujours été comme ça ici, les gens s’assoient au comptoir et discutent entre eux.” Le restaurant compte également plusieurs employés qui ont fait leur carrière au restaurant. En restauration, c’est l’exception plutôt que la règle!

 

Marier le passé et le futur

Lorsque j’ai demandé à Eric le conseil qu’il donnerait à ceux qui s’apprêtent à reprendre l’entreprise familiale, il a dit de prendre son temps. Dans son cas, bien qu’il soit présent dans l’entreprise depuis son plus jeune âge et qu’il y ait travaillé dès que cela a été possible, il partage tout de même la gouvernance avec son père. La transition entre les générations est tout un art. Il faut conserver les traditions et les valeurs qui ont séduit la clientèle régulière, tout en s’adaptant aux nouvelles réalités et demandes du marché, afin de continuer à attirer de nouveaux clients. Selon Eric, c’est là le plus gros défi en entrepreneuriat familial. Dans son cas, ce défi s’est présenté dans la refonte de la décoration et dans certains ajouts au menu. “Mon père savait qu’il y avait des changements à faire, mais il était bien dans ses habitudes.” Ayant passés de nombreuses années à travailler ensemble, ils ont appris à s’adapter l’un à l’autre et continuent encore à le faire. Bien qu’ils ne soient pas toujours d’accord, “je vais quand même aller souper avec lui dimanche soir!” lance Eric en riant.

Cela m’a amenée à lui parler de la façon dont ils arrivent à décrocher de l’entreprise lorsqu’ils sont en famille. “C’est difficile de ne pas en parler, car toute la famille en fait partie. On en parle, mais les problèmes restent en-dehors de la maison” dit Eric. Lui-même père de famille, il réalise l’importance de garder un équilibre entre la vie professionnelle et personnelle. Comme il passe la majeure partie de la journée, et même de la soirée, au restaurant, il est important pour lui de passer du temps de qualité avec sa famille et ses enfants. “Si je passe une mauvaise journée au travail, ils n’ont pas à le vivre à la maison. Quand je suis avec eux, je suis vraiment avec eux.”

 

Et la 4e génération?

À notre table était également présent le fils d’Eric, qui accompagne à l’occasion son papa au restaurant. J’ai profité de l’occasion pour demander à Eric s’il souhaitait lui laisser les rênes de l’entreprise lorsqu’il en aurait l’âge. “Je l’espère, bien sûr, mais je vais respecter son choix. S’il me dit que ce n’est pas ce qu’il a envie de faire, je ne le forcerai pas.” Une attitude très respectueuse que tous les parents entrepreneurs devraient avoir, d’ailleurs!

 

Vous voulez continuer à suivre l’histoire de ce charmant restaurant? Alors suivez le Buffet Royal sur Facebook! Et si l’entrepreneuriat familial vous intéresse, voici un article très intéressant sur le sujet

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.