4 conseils d’Olivier Lambert

Crédit photo: Raphaël Parent

 

Je vous ai déjà parlé d’Olivier Lambert et de son Success Story. Gageons que vous continuerez à en entendre parler, parce que de plus en plus de gens s’intéressent à lui et à son plan de domination mondial. À tel point que le déjeuner-causerie Niviti qui le mettait en vedette était sold out deux semaines avant l’événement, et que, même après avoir retiré toute la promo, nous avons continué de recevoir des demandes d’inscription!

Retour sur cet événement inspirant qui s’est déroulé le 27 mai 2016, dans une magnifique résidence en vente à Beauport!

 

Trouvez votre vague

Après un rapide tour de table où chacun a eu la chance de se présenter, ce fût au tour d’Olivier de nous dévoiler son parcours et de sa vision de l’entrepreneuriat;

“Je n’ai jamais fait de surf de ma vie, mais on m’a dit que les gens qui en font ont un truc. La veille d’une compétition, ils vont sur la plage et étudient les vagues. Ils savent que le lendemain ils n’auront pas droit à l’erreur; ils devront choisir la meilleure pour gagner. En surf comme en affaires, si on veut percer, il faut savoir saisir la bonne vague au bon moment!”

Lui, sa vague, c’est d’instruire les Québécois sur le marketing web, un sujet sur lequel nous sommes en retard par rapport au marché. Il défend d’ailleurs son choix de se concentrer sur ce territoire; “Les Québécois ont une tendance protectionniste et aiment encourager les gens d’ici. C’est un marché vaste qui vaut la peine d’être travaillé. De plus, la barrière de la langue peut être suffisante pour nuire aux projets de ceux qui tenteraient de charmer les anglophones et même les Français.”

 

Orientez-vous avec un sondage

Avant de se lancer dans un nouveau projet, produit ou service, rien de mieux que de tester le marché. Je ne parle pas ici d’une étude de marché coûteuse et compliquée. Selon Olivier, une façon économique et efficace de s’y prendre est de créer un Google Form gratuit et on ne peut plus simple afin de tâter le terrain auprès de ceux qui, on l’espère, deviendront nos clients. Ce sondage peut se résumer à seulement quelques questions et pourtant, il peut vous donner l’essentiel de ce que vous devez savoir avant de vous lancer!

D’abord, vous devez déceler le besoin, le problème auquel font face vos futurs clients. (Par exemple, “je n’arrive pas à attirer plus de gens sur mon site”). Plus vous aurez de données sur ce problème, plus vous pourrez le décrire efficacement dans votre pitch de vente, montrer à vos fans que vous comprenez ce qu’ils vivent et mettre toutes les chances de votre côté pour vendre!

Ensuite, vous devez trouver le désir qui se cache derrière ce problème. (Par exemple, “je souhaite attirer plus de visiteurs sur mon site pour vendre davantage et m’acheter le yacht de mes rêves”). Plus vous comprendrez ce qui fait vibrer votre auditoire, plus vous aurez de chances de les toucher droit au coeur en vous adressant à eux.

Finalement, vous devez valider l’intérêt des gens pour votre idée. (Par exemple, “Seriez-vous prêt à payer 500$ pour une formation qui vous apprendra à attirer plus de gens sur votre site pour vous permettre de vous payer le yacht de vos rêves?”) Si la réponse est positive pour un nombre suffisant de gens, vous êtes en business! Sinon, vous devez continuer à travailler votre idée afin de la rendre meilleure!

Ce court sondage de 3 questions pourra donc non seulement vous indiquer quels sont les besoins et les aspirations de votre clientèle, mais également l’argent que vous pourriez faire grâce à votre idée!

 

Créez votre contenu

Une fois que vous aurez identifié les termes qui reviennent le plus souvent dans votre sondage, vous pourrez vous servir de ceux-ci comme point de départ pour rédiger votre contenu. Et quand il parle de contenu, Olivier insiste sur l’importance d’écrire du bon contenu; des articles de fond qui vont réellement répondre aux besoins de votre clientèle. Et n’ayons pas peur de rédiger des articles de quelques milliers de mots; si les gens ont besoin de cette information et qu’ils sont même prêts à payer pour l’obtenir, soyez assuré qu’ils prendront le temps de lire vos articles.

Il est donc préférable de diviser vos sujets, afin de traiter chacun d’entre eux de façon complète. Par la suite, vous pourrez les réunir dans un ebook, qui deviendra alors votre lead magnet et vous permettra d’accumuler des adresses courriels. Ces adresses seront ensuite des portes d’entrées vers d’autres clients… et ainsi de suite! Merveilleux, non?

 

Ne vous sentez pas coupable de faire de l’argent

L’argent est un point central en affaires, et pourtant les entrepreneurs québécois sont souvent mal à l’aise de reconnaître qu’ils en font. Un malaise qu’on peut comprendre quand on sait qu’au Québec, on constate encore aujourd’hui une jalousie envers ceux qui réussissent. (Vous avez sûrement déjà entendu des tas de gens dire quelque chose comme “il fait de l’argent, il doit sûrement être un cro*****”) Une attitude qui nous vient de l’éducation catholique, qui associait le fait de faire de l’argent à l’avarice (l’un des 7 péchés capitaux), et dont on a malheureusement du mal à se défaire en tant que société.

Mais Olivier, au contraire, a décidé de publier ses résultats sur son site. “On met tellement de notre temps et de notre énergie là-dedans, il n’y a pas de raison de se sentir mal de faire de l’argent avec ça!” Une opinion qui fait bien du sens et qui on l’espère, pourra contribuer à inverser la tendance.

Voilà donc pourquoi certains se demandent s’il est avisé de le spécifier explicitement lorsqu’ils font de l’affiliation sur leur site. Selon Olivier, vous êtes libre de le dire ou pas. En fait, le seul critère qui compte réellement, c’est que vous fassiez de l’affiliation uniquement pour les produits et services en lesquels vous croyez vraiment.

“Ce que vous proposez sur votre site doit être la même chose que vous proposeriez à votre mère si elle vous demandait votre avis” résume-t-il.

Car en fait, l’argent que vous faites avec vos clients dépend du lien de confiance que vous avez établi avec eux, et gâcher cette confiance en leur présentant un produit ou service de mauvaise qualité pour une poignée de dollars serait complètement stupide.

 

Vous aimeriez découvrir d’autres trucs d’Olivier? Alors je vous invite à visiter son blogue sans plus tarder!

Vous aimeriez assister au prochain déjeuner-causerie Niviti afin de réseauter et développer vos compétences? Consultez notre page d’événements et inscrivez-vous pendant qu’il est encore temps!

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.