Décideurs d’entreprises, êtes-vous prêts à bloguer ?

Dans son article Le retour de la revanche des blogs, Frédéric Cavazza  fait mention de l’excellent travail de Linkedin qui met en avant plan des articles provenant de 250 leaders d’option dont plusieurs PDG et fondateurs de grandes entreprises : Jeff Weine (Linkedin), Arianna Huffington (The Huffington Post ), Pete Cashmore ( Mashable ), Ryan Holmes (Hootsuite ), David Marcus (Paypal ), etc

Celà m’a fait revivre une discussion que j’ai eue récemment avec des gens de mon entourage professionnel où je leurs disais rêver au jour où Alain Bouchard, Cora Tsouflidou, Guy Laliberté, Jean Coutu, Robert Dutton, Louis Garneau, Aldo Bensadoun, etc allaient se joindre aux blogueurs québécois pour partager leur expérience en affaire sur le Web. Que ce soit de partager de courtes réflexions, des apprentissages suite à des échecs, des anecdotes ou encore partager leurs plus grandes réussites, pourquoi ne pas le faire sur un blogue pour rejoindre le plus de monde possible ?

Manque de temps. Vraiment ? 

La plupart des entrepreneurs mentionnés plus haut écrivent déjà. Ils ont aussi déjà partagé leur expérience lors de conférences. Certains d’entres eux ont même écrit un livre. Écrire sur un blogue ne demande pas tant de temps que ça. Il suffit de se créer une routine. Pour les décideurs, cette routine peut être un article à chaque semaine, voir aux deux semaines, ou encore un seul par mois. Et puis, pour la mise en ligne des articles, il est possible de se faire aider.

Une forme de mentorat 

Je fais partie de ceux qui ont beaucoup appris et cheminé grâce aux blogues. Les spécialistes me diront peut-être que le blogue n’est pas une forme de mentorat en soit mais j’ai toujours trouvé qu’il y avait plusieurs ressemblances. Combien de fois ai-je aussi rêvé de lire un article « Une erreur qui m’a coûté 50 000 $  » écrit par un fondateur ou PDG d’entreprise au Québec. Plusieurs fois.

Si on compare notre culture numérique à celle des États-Unis, il y a évidemment un retard ici. J’en suis consciente. J’ai toutefois remarqué des améliorations dans les dernières années.  Je reste convaincue que si les décideurs se mettaient à bloguer davantage, l’impact pourrait se faire ressentir sur différents aspects. La promotion de l’entrepreneuriat se ferait autrement.  Sans oublier l’effet positif qui pourrait se produire sur la peur de l’échec dans notre société.

Ces décideurs qui bloguent 

Même s’ils ne sont pas nombreux , il y a plusieurs fondateurs et PDG d’entreprises québécoises qui bloguent.  En voici quelques uns que je consulte occasionnellement et qui pourront certainement vous inspirer :

 

Alors décideurs d’entreprises québécoises, êtes-vous prêts à bloguer ?

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.