Fred Colantonio, Conférencier, conseiller et auteur


Crédit photo : Rudy Lamboray


Aujourd’hui, je m’entretiens avec Fred Colantonio, notre membre vedette de la semaine sur le groupe Facebook Dans la tête des entrepreneurs.


Nom de l’entreprise : L’attitude des Héros ® C/O CGroup Communication SPRL
Date de création : Entrepreneur (travailleur autonome) depuis 2005. Companie fondée le 15 juin 2008.


Avez-vous toujours été dans l’entrepreneuriat ? Que faisiez-vous avant d’avoir lancé votre entreprise ?

Contrairement à Kim Auclair, je ne suis pas du tout tombé dans l’entrepreneuriat depuis que je suis petit. Pas pantoute, même, comme mes amis du Québec disent :). Mes grands-parents sont arrivés d’Italie pour travailler dans les mines de charbon en Belgique. Mes parents ont eu une carrière d’ouvriers. Lorsque vient le choix des études supérieures, j’opte pour la criminologie à l’Université de Liège (Belgique). Seul enfant de la famille à aller à l’université, je trouve une fois diplômé un travail à l’administration publique belge. Tout me sourit : j’ai dépassé les espérances familiales puisque j’ai un travail “de bureau” et ne devrai pas vivre d’efforts manuels comme ceux que mes parents et grands-parents ont endurés.

Pourtant, après quelques années dans ce premier job, je sens que je ne suis pas à ma place. Je décide de partir après 5 ans pour me lancer en affaires et utiliser ma spécificité de criminologue au service des compagnies : le criminologue est entraîné à analyser le comportement d’un individu au sein d’un groupe et identifier ce qui amène une personne à sortir du rang ou du système vers le bas : la déviance et la délinquance. Après 5 années d’études et autant d’années de pratique, je me suis dit que ce serait bien le fun de continuer à analyser ce qui amène quelqu’un à sortir du lot, mais vers le haut : pour entreprendre, pour innover, pour devenir leader et réussir.

J’ai débuté avec cette intention qui m’anime encore aujourd’hui. Pour y arriver, j’ai commencé à offrir des services de communication, particulièrement la communication sur le web qui était encore à ses débuts. J’ai passé des jours et des nuits à me documenter sur le sujet pour me former. J’ai aussi suivi des formations générales à la communication et au marketing, sujets qui m’ont séduit et qui sont venus compléter la grille de lecture que j’avais déjà de l’individu grâce à la criminologie.

En mélangeant ma spécificité avec ces matières qui s’ouvraient à un nouveau terrain de jeu qu’est le web, j’ai pu accéder au domaine de la formation, non plus en tant que formé, mais bien comme formateur. Durant quelques années, j’ai formé des cadres, des entrepreneurs, des demandeurs d’emploi, des dirigeants, durant 6 jours sur 7 et parfois 2 à 3 soirées par semaine. Les formations m’ont apporté une visibilité auprès des entreprises et des opportunités pour des missions de consultation et d’accompagnement. Avec le temps, les formations sont devenues conférences, et l’audience est devenue internationale.

Aujourd’hui, mon quotidien est fait de trois types de prestations :

• Conférencier professionnel depuis +7 ans sur les thématiques du leadership et de l’entrepreneuriat, de l’innovation et de la différenciation (positionnement et marketing) dans un contexte de transformation numérique. J’interviens sur 3 continents en français et en anglais.

• Conseiller d’entrepreneurs et de compagnies pour accomplir de telles transformations. C’est une démarche au quotidien parfois individuelles, parfois avec des équipes. C’est très stimulant et mon intention est toujours là même : faire en sorte que les professionnels que je rencontre aient toujours une option, un choix, une possibilité à tester. Éviter d’être bloqué ou de ne pas savoir quoi faire. Toujours avoir une idée pour alimenter leur propre créativité et potentiel d’innovation.

• Mise au vert stratégique : j’emmène avec moi à l’étranger un chef d’entreprise ou un entrepreneur. En face à face, durant 48 à 72h, je suis à son entière disposition pour ses besoins : repenser sa stratégie, définir des pistes d’innovation, établir un plan d’action… Ce sont des moments uniques et privilégiés de partages, de travail et de dépaysement incomparables. C’est riche en enseignement et il y a un avant et un après, tant pour la personne accompagnée que pour moi.

J’ai aussi eu le bonheur de publier 7 livres en 7 ans. Le nouveau sort publiquement cette semaine et s’intitule “Rebondir sur l’échec pour mieux réussir“. Il parlera forcément aux entrepreneurs de ce groupe 🙂

Que représente l’entrepreneuriat pour vous ?

Entreprendre, c’est vivre une vie à la hauteur de ses aspirations. C’est s’ouvrir à notre trajectoire idéale, celle qui n’est pas parfaite mais qui est la nôtre, même si elle est peut-être en dehors des sentiers battus. C’est choisir et accepter de miser sur nos forces pour créer la vie que l’on souhaite.

Quel est votre plus grand défi actuellement en tant qu’entrepreneur?

Mes défis actuels sont liés au lancement de mon nouveau livre, à l’internationalisation qui s’accélère (j’ai visité 12 pays en conférences jusqu’ici et les demandes augmentent), ainsi qu’à la mise à disposition de mes contenus en anglais (traduction de mes livres, création de contenus en ligne…) Bref, de quoi rester en activité encore quelque temps 🙂

Quelle est votre plus grande source d’inspiration ( livre, entrepreneurs, etc)?

Je suis inspiré par les grands leaders et entrepreneurs de ce monde : Oprah Winfrey, Richard Branson, Steve Jobs, Elon Musk… D’autres rayonnent à une échelle plus locale, et vous ne les connaissez pas mais ils méritent d’être cités. C’est le cas de mon Parrain de coeur Eddy, mon maître d’improvisation Joel ou encore mon ami Alain.

Mes parents, à qui j’ai dédié 2 de mes livres (Action pour ma maman et Signification pour mon papa) sont des modèles.

Ma compagne Natacha me donne une force et une stabilité incroyables.

Mon fils Livio (10 ans en octobre prochain) est mon petit Héros. Je voudrais être un peu plus comme lui quand je serai grand.

Quels sont vos outils Web préférés?

Evernote est mon incontournable. J’y ai mes listes de tâches, mes prises de notes, mes comptes-rendus de livre, mes suivis de réunions… Je pourrais difficilement m’en passer.

Au niveau médias et réseaux sociaux, j’aime particulièrement Facebook et LinkedIn. Ce dernier devient une ressource énorme depuis quelques années. Même s’il a toujours été pertinent pour moi, ça s’accélère depuis 1 an ou 2, notamment avec l’international.

J’utilisais beaucoup Scoop.it que je délaisse un peu, et je garde beaucoup d’affection pour Buffer.

J’aime bien Slack aussi pour la collaboration.

Quel est le meilleur conseil de tous les temps que vous avez reçu ?

Un jour, alors que je débutais, j’ai rencontré un conseiller d’entreprise qui m’a botté le derrière comme il le fallait : je passais beaucoup de temps dans mon bureau de fortune de l’époque, à réfléchir à ce que je voudrais faire. En bon universitaire, j’avais écrit un tas de pages sur ce que je pourrais faire et apporter aux compagnies. Il a balayé ma pile de feuilles du revers de la main en me disant : “Je ne doute pas que tu aies de bonnes idées, tu ne serais pas là sinon. Commence par trouver des gens qui sont prêts à acheter ce que tu veux leur vendre, tu affineras tes beaux plans après.” Je remercie Théo Collignon : c’est exactement ce que j’avais besoin d’entendre. Ce principe m’habite toujours aujourd’hui.

Et pour terminer, avez-vous une anecdote à raconter quant à votre parcours jusqu’à présent ?

Il y en aurait tellement 🙂 L’anecdote précédente est déjà très révélatrice : j’ai compris que je dois être sur le terrain, dans l’action. Passer à l’action d’abord, ajuster le tir au fur et à mesure. Simple et efficace. Ce jour-là, je réalise que faire des affaires, c’est en grande partie du bon sens.

Je me rends compte aussi, comme Km Auclair l’explique bien dans son livre, que vouloir tout planifier est moins riche et épanouissant que de profiter de vents favorables pour découvrir de nouveaux territoires. Ainsi par exemple, l’écriture de livres ou le fait de donner des conférences était quelque chose d’assez inattendu dans mon parcours, quoique. Plus jeune, ma maman me disait souvent que je pourrais être instituteur, parce que j’avais la pédagogie pour faire comprendre les choses et passer des messages. Personnellement, vers l’âge de 8 ans, je voulais être boulanger/pâtissier et dessinateur, les deux : boulanger pour partager de la nourriture avec les autres et dessinateur pour raconter des histoires. Plus de trente ans plus tard, je me rends compte qu’avec les forces qui sont les miennes (et en ayant bien conscience de tous mes défauts aussi), c’est ce que je fais à ma manière avec les livres, les conférences et les conseils aux compagnies.

Je me suis aperçu que beaucoup de ce que nous voulons, espérons ou croyons découvrir en cours de route est souvent déjà là. Paulo Coelho dit que “Quand nous avons de grands trésors sous les yeux, nous ne nous en apercevons jamais. Et sais-tu pourquoi ? Parce que les hommes ne croient pas aux trésors.” Plutôt que de croire en ce que je vois, j’ai choisi de voir ce en quoi je crois.

Je souhaite à chaque personne de ce groupe de s’approprier cette phrase que je me répète souvent : “nous sommes tous entrepreneurs d’un grand projet dont nous avons la responsabilité : réussir notre vie.” Chacun à notre manière, chacun à notre niveau, chacun de notre mieux. Pour le bien de tous.

Fred Colantonio, Conférencier, conseiller et auteur