Jean-Philippe Sicard, VP Développement des affaires

Aujourd’hui, je m’entretiens avec Jean-Philippe Sicard, notre membre vedette de la semaine sur le groupe Facebook Dans la tête des entrepreneurs.


Entreprises : 

Je suis partenaire de Tekinno Corp depuis 2015.

Je suis propriétaire d’un chalet de tourisme à Eastman, Le Pignon d’Argent depuis 2016.

Je suis copropriétaire d’une nouvelle entreprise de services – Ton Équipier – pour les entrepreneurs, projet qui débute cet automne.

Date de création :

Tekinno Corp : Crée en 2008, repris en 2014 par mon associé.

Le Pignon d’Argent : 2016

Innovation – Accélération – Capitalisation : Fondé en 2017


Avez-vous toujours été dans l’entrepreneuriat ? Que faisiez-vous avant d’avoir lancé votre entreprise ?

Non, du tout! Je ne viens même pas d’un milieu ou d’une famille entrepreneuriale! Je suis ingénieur en automatisation de formation, et j’ai été chargé de projet et directeur des ventes pour une compagnie de génie-conseil puis d’automatisation sur la Rive-Sud de Montréal. J’ai ensuite décidé de faire le saut! J’étais convaincu que je pouvais donner un fort apport à la croissance d’une entreprise, et j’avais le désir de bâtir un projet mobilisateur!

Que représente l’entrepreneuriat pour vous ?

La liberté et le plein contrôle de son avenir.

Être entrepreneur, c’est avoir les clés de son propre succès en premier. Si un projet ne fonctionne pas, il n’en tient qu’à toi de le réajuster, de le modifier, de changer de cap ou même de le laisser tomber et en repartir un autre.

Aucun n’emploi ne peut amener cette liberté.

Quel est votre plus grand défi actuellement en tant qu’entrepreneur ?

Faire croître mes projets. Nous avons une belle traction et beaucoup de leads intéressants, mais nous devons les amener à « closer » dans le fameux entonnoir des ventes! De plus, nous devons nous assurer de continuellement remplir cet entonnoir pour continuer sur notre belle lancée.

Quelle est votre plus grande source d’inspiration ( livre, entrepreneurs, etc) ?

Le succès de mes projets et par conséquent, le succès des gens qui m’entourent. Bien honnêtement, je ne suis pas vraiment du genre à lire des livres ou dévorer des blogues d’entrepreneurs à succès.

Quels sont vos outils Web préférés :

Prosperworks, mon CRM. Étant dans le développement des affaires et les ventes, suivant plusieurs centaines de prospects par année, je ne pourrais pas me passer de mon CRM. Ça me dépasse qu’en 2017, des entreprises et des vendeurs utilisent encore des notes, un tableur ou un service de messagerie pour faire ça.

Quel est le meilleur conseil de tous les temps que vous avez reçu ?

Arrête de te questionner, crois en toi.

Et pour terminer, avez-vous une anecdote à raconter quant à votre parcours jusqu’à présent ?

Au sujet des ventes : L’entreprise pour laquelle j’étais directeur des ventes, un gros client était venu nous voir. Il avait été référé par notre plus gros client, chez lequel nous avions fait un projet à succès. Une belle plug.

Ce nouveau client ne savait pas trop par où commencer pour automatiser. Après plusieurs réunions (web, local, tél), des échanges de courriels et de téléphone, je les convaincs d’un plan en 3 étapes : Analyse et recommandation, Proposition d’un plan de modernisation, Réalisation des travaux.

La première étape représentait très peu d’investissement par rapport à l’enveloppe totale. Négocier durant l’été, prévu de commencer à l’automne. On reçoit le chèque fin août, planifie les ressources, fait le kick-off meeting et boom…le client m’appelle : « STOP PAYMENT ! ». What? On doit retourner le chèque…

Il stoppe le projet, sans trop d’explication. Je suis dévasté, à terre, complètement down. J’ai l’impression d’avoir fait « fouerré » le prochain succès de l’entreprise…On encadre même une photocopie du fameux chèque pour que l’on se rappelle que rien n’est jamais gagné (je l’ai encore d’ailleurs).

Un an plus tard, je réussis à rejoindre ce client, qui me dit que ce n’est pas mort, mais que ça n’arrivera pas d’ici la fin de l’année…je me dis : « Encore des excuses… ».

Finalement, je quitte l’entreprise. Et qu’est-ce que j’apprends cette année par mon ancien patron : ils ont relancé et même entamé le projet, les 3 étapes comme j’avais proposé. Ils ont déjà réalisé les étapes 1 et 2, et la troisième est en cours! Wow! Et j’apprends finalement que ça ce termine comme un énorme succès!

J’ai ressenti un étrange mélange de fierté et de colère envers ma réaction initiale. Ce que j’en ai appris : On ne peut pas tout contrôler en affaires. On ne peut pas forcer un client à acheter, même si on croit que c’est la meilleure solution pour lui. On ne peut que s’assurer de mettre un maximum de chance de notre côté. D’où l’importance d’avoir les moyens et le pouvoir de s’adapter, de réagir et de redresser des plans. Les clés de la liberté, quoi! ?

Jean-Philippe Sicard, VP Développement des affaires
  • Sébastien Lassonde

    Belle histoire! belle entrevue.

    Jean-Philippe tu es un vrai de vrai. Tu es structuré et rigoureux. Fonceur tout en étant analytique. C’est aussi très agréable de travailler avec toi.

    J’adore l’anecdote de l’entrevue. Comment tu dois être fier et avec raison. Chapeau!

    Continue sur cette lancée. Tu vas réussir grandement.

    Ps Bravo Kim pour toutes ces initiatives comme “Dans la tête des entrepreneurs” et ton dévouement à l’écosystème entrepreneurial du Québec. Une vraie leader inspirante.