L’adjointe virtuelle, une tendance à la hausse

Si vous êtes comme moi, la première fois que vous avez entendu le titre d’adjointe virtuelle, ça vous a semblé futuriste et un peu irréel. Et pourtant, les adjointes virtuelles sont bien réelles et de plus en plus populaires!

Afin de bien comprendre cette réalité qui m’était jusqu’ici inconnue, j’ai fait des entrevues avec deux adjointes virtuelles; Marie-Ève Nadon, qui est maintenant gestionnaire web et co-fondatrice du Groupe Cynergie et Danielle Guérin, adjointe virtuelle et administratrice du RPSAV. Vous trouverez ici un résumé de ce qu’elles m’ont appris sur ce métier peu conventionnel.

Pourquoi faire appel à une adjointe?

Habituellement, un entrepreneur fait appel à une adjointe dans trois situations:

Lorsqu’il se sent débordé, lorsqu’il sent qu’il accomplit des tâches qui sont hors de son champ de compétences ou encore lorsqu’il est plus rentable pour lui de se concentrer sur ce dans quoi il excelle et de déléguer le reste à une personne qualifiée.

Cependant, selon Mme Guérin, il est plus profitable pour un entrepreneur de faire appel à une adjointe avant d’être en situation d’urgence. En lui confiant certaines tâches comme les suivis des clients ou la tenue de livre, celle-ci sera au courant de la réalité de l’entrepreneur et saura mieux répondre à ses besoins lorsqu’il voudra lui attribuer de nouvelles tâches.

Virtuelle versus traditionnelle

Tout d’abord, l’offre d’une adjointe virtuelle est plus adaptable. Les contrats avec elles peuvent être temporaires et modulés selon vos besoins. Ainsi, vous n’avez pas à engager une employée, avec tout ce que ça implique en termes d’argent, de temps et de paperasse, pour devoir ensuite la mettre à pied si vos besoins s’amenuisent.

Les adjointes virtuelles agissent en fait à titre de travailleuses autonomes. En travaillant pour plusieurs clients à la fois, elles peuvent plus facilement s’adapter aux demandes variables. Cependant, en tant qu’entrepreneures, ce sont elles qui dictent leurs conditions, contrairement à un employeur qui offre un salaire préétabli. En moyenne, on peut s’attendre à payer une adjointe virtuelle de 25 à 40$ l’heure, ou plus (parfois jusqu’à 100$ l’heure) selon ses qualifications. “Ce qui influence le prix, c’est l’expérience et l’expertise de l’adjointe virtuelle. Une adjointe virtuelle dite “technique”, qui fait du web ou du graphisme, ou une adjointe virtuelle dite “stratégique”, demandera un tarif plus élevé”, explique Mme Guérin.

De plus, étant donné qu’elles travaillent avec vous virtuellement, vous n’avez pas à leur fournir de bureau ou d’équipements, ce qui représente pour plusieurs entreprises un gros avantage! Cependant, plusieurs outils peuvent vous permettre de suivre leur avancement malgré la distance. Basecamp a d’ailleurs été suggéré par nos deux adjointes virtuelles interviewées comme un outil très utile et pratique! De plus, des entrevues hebdomadaires (ou bimensuelles, selon votre préférence) peuvent être une très bonne façon de rester en contact avec votre adjointe virtuelle et de vous informer de l’avancement de ses tâches.

Finalement, vous pouvez choisir votre adjointe selon des besoins spécifiques et changeants. Certaines d’entre elles agissent plutôt à titre de “généralistes”, alors que d’autres sont spécialisées dans un domaine en particulier (web, administration, graphisme, etc.). La liste de tâches offertes par les adjointes virtuelles est longue et n’a pratiquement pour seule limite que vos besoins. Tout dépend de ce que vous recherchez! Vous pouvez d’ailleurs trouver la perle rare en effectuant une recherche par critère sur le site de RPSAV et ce, gratuitement! En plus de ce service de recherche et de répertoire, RPSAV met à votre disposition une foule d’informations pertinentes qui vous aideront dans votre démarche.

Et la confidentialité?

Bien que cela tende à disparaître, certains entrepreneurs s’inquiètent du caractère confidentiel des tâches qu’ils ont à déléguer, ce qui les pousse parfois à vouloir continuer de tout faire eux-mêmes. En fait, une adjointe, comme toute autre personne faisant affaires avec l’entreprise, peut être soumise à une entente de confidentialité signée.

Comme le dit si bien Mme Nadon : “Faire affaire avec une adjointe virtuelle est une excellente façon pour l’entrepreneur de sauver du temps et de l’argent, et avec toutes les nouvelles technologies, pourquoi ne pas l’adopter?”

Et vous, avez-vous déjà fait appel aux services d’une adjointe virtuelle? Était-ce très différent de ce que vous avez vécu avec une adjointe traditionnelle? Faites-nous part de vos expériences!

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.

  • M. Maquet Excelles Assistantes

    Je confirme. Avoir recours à une adjointe virtuelle est de plus en plus courant, même si à titre d’adjointe virtuelle moi-même, je pense qu’il reste encore un gros travail pour expliquer aux entrepreneurs les avantages d’externaliser même des tâches mineures mais qui font perdre un temps fou

  • Emmanuelle Bertrand

    Merci pour cet article fort éclairant!

  • nathalie niaux-squivee

    Merci pour ce post. Le virtuel est effectivement bien réel 🙂

    Le lien commercial, l’échange sans langue de bois, rend le service rendu plus productif, adapté au besoin et au niveau de l’expertise, à la demande, donc plus rentable pour le client.

    Pour la confidentialité, un charte de confidentialité peut être signée si besoin.

    Nathalie

    http://www.drhvirtuel.com

  • Pingback: Le coaching: une autre facette des adjointes virtuelles()

  • Pingback: L'adjointe virtuelle, une tendance à la ...()