Les 6 leviers pour faire un buzz

Dans mon dernier article, l’ABC du buzz, je vous ai mentionné 6 leviers qui, selon Mark Hughes, vous aideront à transformer votre contenu en buzz. Chose promise, chose due, voici maintenant mon article présentant ces 6 leviers, avec exemples à l’appui!

 

Le tabou

L’été dernier, Mark Zuckerberg annonçait sur Facebook la grossesse de sa femme, mais aussi ses fausses couches passées. Les fausses couches étant un sujet tabou, dont les gens ont souvent du mal à parler, cette double annonce a créé un véritable élan de sympathie de la part des internautes. Résultat; 1,6 millions de likes, 106 000 commentaires et plus de 48 000 partages. Il faut bien sûr tenir compte que ce message venait de M. Zuckerberg en personne et donc qu’avec cette seule particularité vient la popularité, mais ses autres publications atteignent en moyenne (du moins durant le mois de novembre 2015) 276 400 likes, soit à peine plus de 17% du 1,6 millions générés par ce post!

 

L’insolite

Avec près de 558 millions de vues en 2 ans, la chanson What does the fox say par Ylvis ne tient certainement pas son succès à la qualité de ses paroles, mais plutôt au caractère insolite de celles-ci. Si vous êtes l’une des rares personnes à ne pas l’avoir entendue, vous devez savoir que cette chanson traite des bruits que font les animaux et s’interroge sur le son que font les renards, avec costumes et sons insolites à l’appui, allant même jusqu’à suggérer que ceux-ci communiquent en morse. Selon SocialBlade, cette chanson aurait engendré entre 16 700 et 200 200 euros par mois, soit environ 23 719 à 284 275$ canadiens! Selon moi, le renard dit money money!

 

Le scandale

Cette forme de buzz est de loin la plus utilisée dans les vidéoclips depuis longtemps. Pensons aux Britney Spears, Lady Gaga, Madonna et Miley Cyrus de ce monde qui s’en ont mis plein les poches en se dévêtissant de plus en plus d’une année à l’autre. Les scandales dans l’actualité font également beaucoup jaser, comme celui qui touche actuellement Volkswagen et ses moteurs TDI 2.0 qui ne respectent pas les normes d’émissions polluantes et qui ont été truqués pour passer malgré tout les tests de l’EPA. Un scandale qui fait mal, puisque depuis qu’ils se sont fait prendre en septembre 2015, Volkswagen n’a plus le droit de vendre de Volks TDI au Canada. Le scandale n’est donc pas toujours le genre de buzz qu’on souhaite pour son entreprise!

 

L’admiration

Je modifierais ici pour l’émotion, plutôt que l’admiration. En effet, les contenus qui touchent l’émotion des gens, qui les font rire, pleurer ou rêver, sont souvent très populaires. Un exemple actuel est le vidéo de l’homme qui a joué Imagine de John Lennon après les attentats de Paris et qui a engendré près d’un million de vues en 3 jours!

La chanteuse Susan Boyle est aussi un bel exemple d’une dame qui semblait plutôt anodine, mais qui a conquis tout le monde avec sa performance dans Britains got talent en 2009. 6 ans plus tard, la chanteuse est comblée par son succès et enchaîne les tournées.

Plusieurs buzz se sont aussi créés autour d’une cause, élément qui amène bien sûr une grande émotivité. Le Movember ou le Ice Bucket Challenge en sont des exemples.

 

Le secret

L’être humain est un être curieux et animé d’une soif de savoir qui peut le mener jusqu’à l’indiscrétion. Dites à un enfant de ne pas regarder ce qu’il y a dans un tiroir et que fera-t-il? Il l’ouvrira dès que vous aurez le dos tourné! Il est alors facile de comprendre que lorsque l’on laisse sous-entendre à quelqu’un que nous lui livrons un secret, il voudra certainement cliquer sur le lien menant vers notre article ou encore écouter la vidéo que nous lui proposons! Le livre intitulé le Secret a d’ailleurs judicieusement tiré parti de la curiosité de son public!
De plus, les rumeurs sont parfois utilisées volontairement par les entreprises pour créer un buzz autour d’elles. Plusieurs exemples abondent en ce sens dans le monde des actions cotées en bourse (un achat potentiel, un nouveau produit, ou toute autre information qui peut faire monter le prix de l’action). Apple est également maître dans l’art de la rumeur; “Leurs produits sont toujours conçus dans le plus grand secret grâce à des conditions de fabrication strictes ne laissant place à aucune fuite. Cependant, toutes ces précautions n’empêchent pas les sites spécialisés de régulièrement diffuser des informations et plus rarement des images au sujet du nouveau-né d’Apple […] On estime donc que le “marketing de la rumeur” fait économiser 1 milliard de dollars à Apple chaque année” nous apprend Julien Soulard.

 

L’hilarité

Les publicités diffusées dans le cadre du Superbowl sont un excellent exemple de buzz créé par l’hilarité. Chaque année, plus de 100 millions de personnes regardent le Superbowl, soit encore plus que les jeux olympiques et les Oscars mis ensemble! Alors selon vous, à combien se vend une publicité de 30 secondes diffusée pendant le match? 500 000$, 2 millions $, 4 millions $? La réponse est 4,5 millions $ ! Ça vous paraît cher? Sachez que la valeur de ces publicités est évaluée à 10 millions $, compte tenu de toute la rediffusion qui s’en suit dans les différents médias! Doritos obtient souvent la palme avec ses publicités humoristiques. Un exemple? Voici la meilleure à mon avis! Celle-ci s’inscrit d’ailleurs dans un buzz plus général de chèvres qui crient (encore une fois, c’est hilarant!) Dans le même ordre d’idée, pensons à Grumpy Cat, ce petit chat à l’allure sévère devenu extrêmement populaire après avoir fait rire tant d’internautes.

PS: un contenu que les gens peuvent s’approprier et modifier selon leurs envies, comme la photo de Grumpy Cat qui s’est retrouvée affublée de toutes sortes de textes et qui pouvait s’adapter à pratiquement tous les contextes, est parfaitement adaptée pour filer droit vers un buzz!

Et vous, connaissez-vous d’autres exemples de buzz qui se rattachent à l’un de ces leviers? Y a-t-il d’autres leviers qui ont fonctionné pour vous? 

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.