Les pièges qui guettent le nouveau travailleur autonome

Se lancer à son compte n’est pas de tout repos. Je peux moi-même en témoigner, car j’ai fait le saut récemment. Si vous êtes comme moi, vous vous êtes demandé pour quelles raisons vous preniez ce chemin :

  • Faire votre propre horaire;
  • Avoir plus de liberté et de flexibilité pour concilier travail et famille;
  • Travailler de la maison;
  • Ne plus avoir de patron;
  • Prendre vos propres décisions;
  • Travailler pour « votre poche » et non celle d’une entreprise;
  • Et bien évidemment, faire de l’argent…

LA RÉALITÉ…quelques embuscades vous attendent

Heures de travail

Les résultats que vous obtiendrez seront proportionnels aux efforts consentis :

  • Vous travaillerez des heures durant sans être rémunéré, puisque vous devrez développer votre clientèle et la fidéliser. Cela signifie les soirs et weekends s’il le faut;
  • Vous devrez faire du réseautage régulièrement (un incontournable) afin de maintenir une banque de clients potentiels et faire parler de vous;
  • Vous devrez vous adapter aux médias sociaux, non pas sur le plan personnel, mais professionnel. Le processus est très différent. Le mot d’ordre : la constance, la pertinence et la générosité (partage d’expérience et de connaissances);
  • Vous devrez lire et lire encore sur tout ce qui touche à votre secteur d’emploi. Il faut apprendre à connaître ses compétiteurs et poursuivre toute formation nécessaire pour demeurer « à la page ».

Concilier travail et famille

Vous avez peur de lire les prochaines lignes n’est-ce pas? C’est que vous comprenez déjà qu’il y aura encore des sacrifices à faire.

Travailler de la maison est un avantage certain. Toutefois, il vous faudra faire comprendre aux membres de la famille que lorsque vous travaillez, il ne faut pas déranger, puisque vous devez être concentré. De ce fait, un bureau fermé ou un horaire de soir sera peut-être plus adapté.

Il n’en demeure pas moins que vous aurez l’opportunité de prendre tous les rendez-vous (médecin, dentiste, optométriste) sans devoir quémander du temps à votre employeur.

plume au carre

Disponibilité et flexibilité

Ces termes ne revêtiront pas le sens auquel vous vous attendiez. Ils signifieront plutôt :clients qui vous paient. La clé réside dans un service à la clientèle sans faille, et ce n’est pas toujours de tout repos.

C’est moi qui décide!

Bien sûr, vous aurez toute la latitude nécessaire pour prendre vos propres décisions. N’empêche, certaines seront plus ardues :

  • Dire « non » sera l’une des plus difficiles, surtout en recherche de clientèle.
  • Votre tarification…sera-t-elle flexible? Offrirez-vous un essai gratuit, des rabais, des tirages?
  • Traiter les plaintes de clients insatisfaits.
  • Et la liste peut s’allonger indéfiniment.

L’argent sera à moi, et seulement à moi

Et au gouvernement… au-delà de 30 000 $ annuel, vous devez vous inscrire au registre de TPS et TVQ.  D’ailleurs, pour tout ce qui touche aux finances, vous devrez être bien outillé. Renseignez-vous, notamment, sur les dépenses qui sont admissibles à titre de travailleur autonome.

D’autre part, l’argent ne pousse pas dans les arbres, comme le dit l’adage. Si vous êtes une personne pour qui l’instabilité financière représente une corde sensible, vous devrez y penser à deux fois avant de faire la transition.

Le piège qui vous guette consiste à accepter n’importe quel client pour avoir un revenu. Erreur! Assurez-vous de bien « choisir » vos clients, selon vos valeurs et celles de votre entreprise.

Certains clients paient dans le 30 jours « habituel », mais le recouvrement fera inévitablement partie de vos tâches (dans la section « beurk », celle qui inclut l’administration et toute la paperasse)

La tentation d’accepter un emploi stable

Le découragement vous sautera à la figure lorsque vous vous en attendrez le moins. Prenez votre courage à deux mains et remettez-le à sa place! J’ai vu des travailleurs autonomes se décourager à l’intérieur de la première année d’opération et céder à la tentation de retrouver un travail régulier.

En toute honnêteté, bien que je sois loin d’être découragée, je reçois bon nombre d’offres d’emplois dans ma boîte de courriel, et la tentation de la stabilité est souvent forte. Il faut se parler, se donner une chance et persévérer. Il n’y a pas d’autre moyen de réussir à surmonter vos obstacles.

N’hésitez pas à partager vos expériences, avec moi ou avec d’autres entrepreneurs. Vous réaliserez que vous n’êtes pas seul dans ce bain… et malgré tout, sachez que le jeu en vaut la chandelle.

Stéphanie Themens, alias La Plume

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.