Les ressources disponibles dans le transfert d’entreprise en restauration

Un jeune de 21 ans, présentement à l’emploi et intéressé par l’entrepreneuriat, m’a récemment écrit pour m’informer qu’un propriétaire d’un restaurant déjeuner à Montréal recherchait actuellement un repreneur afin de céder son restaurant pour se donner du temps libre pour en ouvrir un autre plus tard.

Il n’a aucune expérience dans le domaine d’achat d’entreprise et il se demande quel genre de soutien il pourrait avoir de la part de différents organismes. Ce qu’il recherche, plus précisément, c’est de l’aide pour savoir comment déchiffrer les livres de compte, le profit de l’entreprise et avoir un avis sur le prix de vente de l’entreprise.

Comme ce n’est pas la première fois que l’on m’écrit à ce sujet, j’ai consulté mon réseau de contacts par courriel et Linkedin afin d’obtenir une liste d’options possibles pour l’aider dans son cheminement et en même temps pour en aider d’autres qui pourraient avoir les mêmes intentions que lui.

J’ai compris, entre autres, que la restauration est un domaine particulier et très difficile à financer.  Gabriel Nadon, Directeur de portefeuille du Fonds de solidarité FTQ m’a informée que la restauration est souvent boudée par les organismes qui offrent du financement surtout si l’acheteur n’a pas d’expertise dans ce secteur d’activité. «Plusieurs organismes peuvent aider les jeunes entrepreneurs. Ils ne font pas le travail à leur place mais les accompagnent dans leurs démarches.» dit-il.

Voici ce que je retiens des conseils reçus :

Être bien entouré

Vous avez un bel avantage en tant que repreneur. Vous n’aurez pas à repartir à zéro. Le restaurant que vous désirez reprendre possède déjà un établissement, un bassin de clients, fournisseurs et partenaires sérieux. Vous avez ainsi les ressources nécessaires pour assurer le bon fonctionnement de l’entreprise et profiterez d’un marché existant. C’est important que vous compreniez qu’il faut discuter des différentes possibilités avec le cédant et que vous voyez à vous entourer le plus rapidement possible de personnes clées ( mentors, comptables, coachs, etc. ). Elles seront en mesure de vous guider dans votre projet. Je vous invite à lire mon article à ce sujet : L’importance d’être bien entouré lors d’un transfert d’entreprise.

Lancer une campagne de financement

Si le restaurant que vous voulez reprendre a développé, avec le temps, une clientèle régulière et une forte présence dans son cartier, il peut être intéressant de voir comment rassembler ces gens autour d’une campagne de financement afin de réaliser un projet précis pour sa reprise. Pensez, par exemple, à la campagne de crowdfunding à Québec qui a été réalisée pour Pizzeria Gemini. Je crois que vous pouvez vous en inspirer. Mon article Comment réussir son projet de Crowdfunding ? pourrait également vous être utile.

Faire affaire avec le Centre de Développement et d’Entrepreneuriat en Restauration de Montréal

Le Centre de Développement et d’Entrepreneuriat en Restauration de Montréal ( CDERM ) a pour mission d’accompagner les entrepreneurs-restaurateurs dans le démarrage et la gestion de leurs entreprises. Philippe Bertrand, qui en est le fondateur, m’a informée que le CDERM  accompagne actuellement plusieurs personnes dans la création et la reprise de restaurants. «Toute notre expertise est encore une fois spécifique à ce domaine, rédaction de plan d’affaires, montage budget, recherche de financement.». dit-il.

Consulter le site Réseau entreprises Canada

Rina Marchand, de la Fondation de l’entrepreneurship, m’a présenté une liste de vérification pour l’ouverture d’un restaurant qui est disponible sur le site de Réseau entreprise Canada. Elle contient plusieurs liens utiles.

Consultez le site Info Entrepreneurs

Le site Info Entrepreneurs présente plusieurs ressources pratiques. J’ai fait rapidement une recherche et j’ai pu trouver, par exemple, un guide sur le Plan de relève et transfert d’entreprise.

Suivre le programme Succès-Relève

Le programme Succès-Relève du Centre de transfert d’entreprises de Montréal permet aux entrepreneurs qui souhaitent acheter une entreprise (achat interne, externe ou stratégique) de se préparer à réussir leur transaction. Des formations et de l’accompagnement en plus de différents outils sont offerts dans plusieurs régions au Québec. Renseignez-vous auprès de votre CLD, SADEC, CEDEC et CDEC.

Considérer le programme de démarrage d’entreprises de la FCJE

La FCJE (Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs) offre un programme de soutien financier aux entrepreneurs qui veulent reprendre une entreprise. Pour être admissibles, les candidats doivent être, entre autres, propriétaires majoritaires dès le début.

Voici aussi une série d’articles qui pourrait vous intéresser :

Les chefs (1): des défis d’entrepreneur

Les chefs (2): la nouvelle vie de Martin Juneau

Les chefs (3): la recette de Jérôme Ferrer

Les chefs (4): l’envol de Dominique Loiseau

Les chefs (5): St-Hubert et le refus de la complaisance

Vous connaissez d’autres ressources ou vous aimeriez partager votre expérience ? Je vous invite à le faire en commentant cet article.

A+

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.