Des logiciels RH gratuits avec un modèle d’affaires novateur

Cet article est commandité par CangarooRH


Ce n’est pas un secret, la gestion des ressources humaines est souvent la dépense la plus importante à gérer dans une entreprise. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle autant de logiciels RH se retrouvent sur le marché. Ces logiciels permettent aux professionnels, responsables des ressources humaines, de posséder et d’utiliser, dans l’exercice de leurs fonctions, des outils et des programmes efficaces  pour bien gérer le recrutement et la paie de leurs employés, de faire un suivi adéquat de leurs feuilles de temps, d’avoir en mains toutes les informations personnelles utiles et nécessaires pour effectuer une bonne gestion des ressources humaines, de bien contrôler leurs absences, de bien suivre leur assurance collective , etc. Ils sont, en grande partie, conçus avec le modèle SaaS (software as a service ou logiciel en tant que service, en français). L’installation de ces logiciels s’effectue sur des serveurs distants plutôt que sur l’ordinateur du client. Ainsi, le client n’a pas à payer de licence d’utilisation pour acquérir une version complète d’un logiciel. Il peut faire le choix de prendre un abonnement payant par mois ou par an. Les coûts d’abonnement sont d’ailleurs devenus très abordables dans les dernières années. Malheureusement, encore plusieurs entreprises ne peuvent se permettre de telles dépenses. Pour contrer le problème de budget, des logiciels RH gratuits ont fait surface.

Un modèle d’affaires novateur 

Collage, Humi et CangarooRH sont des exemples de logiciels RH gratuits sans limitation de temps ou de fonctions qui bousculent le marché des solutions RH informatisées autant que le marché de l’assurance collective. Leur modèle d’affaires est en effet novateur. Il répond, entre autres, aux besoins classiques et essentiels en gestion des ressources humaines d’une PME qui souhaite réunir, de façon concise les informations utiles et pertinentes de son capital humain.

Comment fonctionnent ces logiciels ? Le modèle d’affaires des entreprises déjà mentionnées précédemment repose sur l’administration du contrat d’assurance collective. Le client peut seulement faire un transfert de ses assurances. Cela ne change pas l’assureur, ni les primes, ni les protections. Tout reste intact. Autrement dit, les entreprises prennent un certain pourcentage sur chaque contrat administré (comme votre courtier actuel, d’ailleurs) via son environnement. Donc, si une PME souhaite offrir un programme d’assurance collective à ses employés, elle est encadrée et guidée par une équipe technique et spécialisée à ce type de logiciel et bénéficie du système de gestion RH. Donc, les entreprises qui vendent ces logiciels, en plus d’être régis par l’Autorité des marchés financiers, se doivent d’offrir un excellent service à la clientèle ainsi que des conseils avisés s’ils veulent aller chercher de nouveaux clients.

Enfin, je me suis permis de questionner un directeur des RH qui a implanté le logiciel CangorooRH dans son entreprise de plus de 400 employés. Je désirais savoir si la gratuité du logiciel en question l’avait influencé en tant qu’acheteur. Il m’a affirmé que bien que le terme « gratuit » avait attiré son attention que ce n’était pas du tout le facteur qui l’avait fait pencher dans la balance. Que son entreprise cherchait d’abord et avant tout à investir dans un système d’informations de gestion sur les ressources humaines performant et qu’elle avait déjà prévu un budget pour cette dépense. Ce qui explique pourquoi son équipe a comparé CangorooRH qu’à des logiciels payants. De plus, lui-même et ses collègues ne connaissait aucuns logiciels RH gratuits à ce moment. À la base, son entreprise ne cherchait pas non plus à remplacer leur courtier en assurances collectives avec qui elle entretenait une excellente relation depuis longtemps. Ce qui l’a séduit, outre l’expertise de l’équipe formée à les guider, est surtout la possibilité d’avoir accès à un logiciel flexible et complet où le client demeure au centre. Et malgré sa gratuité, le directeur des RH précise que le logiciel n’avait rien à envier aux autres, qui étaient soit trop chers, soit désuets ou non adaptés à leur réalité.

À vous la parole maintenant : avez-vous déjà eu l’occasion de tester de tels logiciels ? Je suis intéressée à connaître votre avis sur le sujet.

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.