Comment les objectifs SMART peuvent vous nuire

La méthode SMART visant à définir un « BON » objectif, est très populaire sur internet et chez les coachs. La technique SMART est ainsi en vogue, certains allant jusqu’à parler « d’une formule magique »

La technique SMART demande de considérer un objectif, si et seulement si, il possède les éléments suivants:

Spécifique, Mesurable, Atteignable, Réaliste, Temporellement défini

Le nom de la technique SMART, « intelligent » en Français, renforce l’impression que cette technique est « intelligente » ou rend l’objectif intelligent.

Pour expliquer la méthode SMART, un exemple revient souvent sur différents sites internet: Vous avez l’objectif  d’augmenter le chiffre d’affaires de votre organisation de 5%. Est-ce un bon objectif ?

L’objectif est : spécifique : 5%, mesurable car c’est 5% par rapport à votre chiffre d’affaires de l’année passée. Est-ce que 5% semble atteignable selon vous ? si oui, parfait. Est-ce réaliste ? Si oui, on continue, et pour finir cet objectif est-il mesurable dans le temps ? Oui, car c’est 5% sur le prochain exercice fiscal.

Bravo, vous avez défini un objectif SMART! Il y a de fortes chances que vous l’atteignez puisqu’il est atteignable et réaliste donc réalisable !

Personnellement, je trouve cette technique très limitante, car elle vous force à choisir un objectif réaliste et atteignable, ce qui vous emprisonne dans votre zone de confort. J’appelle cette fameuse zone de confort, votre Zone de Confiance, car vous avez confiance à l’intérieur de votre zone de confort.

Imaginez que vous vouliez augmenter votre chiffre d’affaires de 5%. Il y a plusieurs façon de vous y prendre : peut-être augmenter vos prix, peut-être diminuer vos prix, peut-être faire plus de publicité, peut-être embaucher un commercial, peut-être lancer un nouveau produit, etc…. Les techniques pour augmenter son chiffre d’affaires de 5% sont nombreuses et connues, et si vous doutez, il suffit d’embaucher un consultant qui vous conseillera. Dans tous les cas, vous restez dans vote zone de confiance.

Imaginez maintenant que votre objectif est de doubler votre chiffre d’affaires pour l’année prochaine, ce qui n’est ni réaliste, ni atteignable pour beaucoup ! Cela vous obligerait à sortir de votre zone de confiance, cela vous obligerait à réfléchir différemment, à aborder votre travail et organisation de manière complètement nouvelle, peut-être même à vous remettre en cause, à revoir les fondements de votre vision, de votre stratégie, de votre travail, à changer peut-être la croyance que cela n‘est pas possible ! Cela vous obligerait à vous poser des questions puissantes: Depuis combien de temps n’avez-vous pas questionné vos clients?  Avez-vous posé des questions aux gens qui n’ont pas acheté chez vous ? Pourquoi n’ont-ils pas acheté chez vous? À quand remonte la dernière fois que vous avez contacté vos clients pour connaître leur feedback sur leurs achats ?  Qu’ont-ils aimé le plus ? De quoi d’autres ont-ils besoin? Comment doubler la valeur de ce que vous vendez?

Vous voyez où je veux en venir. Doubler votre chiffe d’affaires demande une réflexion différente, un travail de fond, de la créativité, des recherches, une façon de penser différemment, de faire des choses qui sont en dehors de votre zone de confort….et même si vous n’atteignez pas 100% d’augmentation dans les 12 mois, je peux vous garantir que vous accomplirez beaucoup plus que les 5% d’un objectif SMART.

Il est plus motivant d’avoir de grands objectifs dans la vie, des objectifs qui vous enthousiasment, vous donnent l’énergie d’aller plus loin, de vous dépasser, de vous grandir en dehors de votre zone de confort.

Certains ont choisi des objectifs tellement grands qu’ils ne sembleraient ni réalistes, ni atteignables. L’histoire est remplie de personnes qui ont fait ce choix.

Heureusement que ceux qui ont changé notre monde, et ceux qui continuent de faire évoluer notre société n’ont pas appliqué et n’appliquent pas le concept SMART.

Regardez autour de vous, ceux qui vous inspirent, ceux que vous aimez ou jalousez. Ils n’ont pas choisi leurs objectifs en fonction de la méthode SMART mais en fonction de leurs désirs, de leur cœur, de ce qui les anime. Souvent, leurs projets étaient leurs rêves.

Je pense à Steve Jobs, qui s’est lancé dans les spartphones à l’époque ou des géants monopolisaient le marché, comme Nokia, Erickson, Samsung ou encore Blackbery.

Je pense à Elon Musk, qui à fondé Space X pour concurrencer la Nasa, Boeing, Ariane, dans le domaine des lanceurs de satellites, ou encore à son aventure dans Tesla qui a suscité à l’époque la risée de plusieurs, y compris Mitt Romney, candidat Républicain à la présidence des États- Unis.

Je pense encore à Dyson, qui a construit 5000 prototypes d’aspirateurs pendant 4 ans, avant de lancer l’entreprise Dyson. M. Dyson a fait complètement l’opposé de ce que la méthode SMART conseille.

Parlons de Walt Disney, qui a reçu 300 refus avant de recevoir un accord pour créer le personnage de Mickey Mouse. Par la suite, ses conseillers l’ont mis en garde quant à son projet de création de parc à Thèmes en Floride.

Je ne peux m’empêcher de penser à Gandhi qui a libéré son pays contre la plus grande puissance coloniale de l’époque et ceci sans violence ou à Mandela qui, depuis sa prison, a négocié avec le gouvernement de Frederik de Klerk pour des élections libres et la fin de l’apartheid.

Regardons plus près de nous : Nos enfants ont souvent des demandes irréalistes et souvent inatteignables aux yeux de leurs parents car ils vivent la vie à fond, ils n’ont pas encore intégré les croyances limitantes, que nous adultes, leurs avons données au cours de leurs éducation, comme «arrête de rêver, mon garçon ! Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut, mais ce que l’on doit faire … »  ou encore « Te lancer en affaires mais pour quoi faire ? Cherche toi un job sécuritaire et attends ta retraite pour réaliser tes rêves ! »

Je pense qu’il est bien plus important de choisir un « Grand » objectif qui vous pousse à vous dépasser, qui vous permet de devenir qui vous êtes vraiment, d’apporter au monde ce que vous avez de meilleur en vous –même, que de choisir un objectif SMART, qui vous garde confortable et vous garantit un « succès ».

L’échec, dans l’atteinte d’un objectif ne réside pas dans le fait qu’il ne soit pas SMART.

La difficulté  à atteindre son objectif réside ailleurs:

  • L’inaptitude à établir un plan d’action réaliste qui mène à son objectif final
  • Ne pas s’entourer d’un mentor (une personne qui a déjà accompli votre objectif)
  • Le manque de persistance (La société nous vend malheureusement l’idée que le succès immédiat est possible. Plusieurs mouvements spirituels expliquent que si vous avez des difficultés à atteindre votre objectif, c’est que vous n’êtes pas aligné avec la vie)
  • Le manque de foi dans la réussite de votre objectif
  • Etc.

Nous avons tous, à l’intérieur de nous, des rêves que nous souhaitons réaliser et très souvent nos rêves ne suivent pas le protocole SMART. Est-ce une raison pour les laisser tomber ?

J’aimerais partager avec vous un rêve que j’avais et que j’ai accompli. Mon rêve c’était de créer, construire, certifier et vendre des avions. Il s’agissait d’un avion de loisirs à hélice de 2 places: Le Sam.

En 2008, je vivais à Paris et je n’étais ni pilote, ni ingénieur aéronautique, ni designer d’avions. J’ai commencé à passer ma licence de pilote, à lire et regarder des vidéos sur la construction d’avions légers, à rencontrer d’autres personnes qui partageaient le même rêve que moi.  J’ai réfléchi à quel aéronef, pour quelle clientèle, pour quel marché. Je suis parti dans les salons aéronautiques à travers le monde en me faisant passer pour un client potentiel, ai écouté les discussions que les vendeurs avaient avec les acheteurs potentiels, ai acheté des plans d’avions, et les ai étudiés. J’ai fouillé et lu les blogs de constructeurs amateurs. J’ai contacté des organismes et organisations, en Europe, États-Unis et Canada afin de chercher des sources de financement et la meilleure place pour établir mon business.

En 2009, j’ai vendu mon appartement et quitté Paris pour Montréal pour plusieurs raisons: les crédits de recherche et développement, les aides financières, le bassin aéronautique bien développé, le fait que mon avion au look rétro était adapté à la demande canadienne et américaine, l’accord de libre échange entre le Canada et les États-Unis et Montréal qui m’attirait sur le plan personnel .

Cette aventure aux limites humaines, technologiques et financières m’a coûté beaucoup, mais elle m’a également beaucoup apporté. Cette aventure m’a permis d’apprendre énormément que ce soit sur l’entretien des moteurs, les levées de fonds, la gestion d’une entreprise ou les forces et faiblesses d’une équipe. Mais au-delà de ces connaissances, cette aventure m’a surtout appris la puissance des croyances que nous portons en nous, l’apport incontestable d’avoir une vision, de mieux se connaître avec ses forces et ses faiblesses.

J‘aimerais terminer avec 3 citations que j’aime beaucoup et que je trouve fort pertinentes.

« Il faut toujours viser la lune, car même en cas d’échec, on atterrit dans les étoiles »  Oscar WILDE

«Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toutes limites. C’est notre propre lumière et non notre obscurité qui nous effraie le plus…. » Marianne Williamson

« Si tes rêves ne t’effraient pas, c’est qu’ils ne sont pas assez grands ».  Lowell Lundstrum

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.