Prendre des risques : l’exemple de Stéphan Huot

Stéphan Huot aime les défis et n’a pas peur de prendre des risques. Ce passionné pour les hélicoptères a lancé en 2010 Capitale Hélicoptère, un opérateur installé à l’aéroport de Québec qui offre des services dont des cours de pilotage partout au Canada. Sa vison? Il souhaite faire de Québec la plaque tournante de l’industrie d’hélicoptères. Il est aussi fondateur/président de la Société de Placement Huot depuis plus de 20 ans qui emploie plus de 250 d’employés dans différentes organisations affiliées telles que la Société Immobilière HuotAirmedic et Capitale Hélicoptère.

Cet homme visionnaire est toujours dans l’action. Il est reconnu comme promoteur immobilier pour ses réalisations d’envergure réussies dans la région de Québec.  Je l’ai rencontré récemment et je peux vous dire que pour moi c’est un très bon exemple d’ entrepreneur qui a su prendre des risques en affaires pour réaliser ses rêves les plus fous.

Note : Cet article a été publié initialement sur Lesaffaires.com

Sachant que la définition d’un risque est propre pour chacun, qu’est-ce qu’un entrepreneur doit savoir à ce sujet ? Qu’est-ce que c’est exactement prendre un risque ?  Comment savoir si c’est le bon moment pour une importante décision d’affaires ? Ce sont toutes des questions que je lui ai posées. Je vous partage ce que je retiens de mon entretien avec lui.

Vous devez être capable d’investir dans votre propre idée 

Avant de penser à aller voir votre entourage personnel et professionnel, que ce soit pour du temps, de l’argent, des relations d’affaires, etc., vous devez être en mesure de savoir ce que vous pouvez sacrifier vous-même pour vous rendre à vos rêves les plus fous. Vous avez la possibilité de faire le choix de prendre des risques importants. Vous devez accepter d’investir vous même dans vos idées pour faire avancer les choses selon votre vision parce que ce n’est pas tout le monde qui va croire en celles-ci. Surtout dans les débuts.

Vous devez commencer le plus bas possible 

Je suis consciente que l’investissement par vous-même peut être difficile dès le départ. Je vous rassure toutefois.  C’est plus facile quand on commence tranquillement. Stéphan Huot est de cet avis. Avant de s’embarquer dans de plus gros projets, il est tout à fait normal que vous tentiez à en réaliser de plus petits. Il est exagéré de penser, par exemple, que vous allez tout avoir dès la première année de votre entreprise : financement, gros clients, employés, etc. En commençant plus petit , vous avez un meilleur contrôle sur vos décisions. Vous êtes aussi en mesure de mieux comprendre ce qui se passe dans votre entreprise. Vous éviterez ainsi une croissance trop rapide, ce qui est parfois dangereux.

Stéphan est un bel exemple à ce sujet. Il a commencé sa carrière à l’âge de 23 ans comme agent immobilier dans la région de Québec. . Il confirme que c’est plus facile aujourd’hui qu’autrefois, car il a su y aller étape par étape. Son dernier projet, Capitale Hélicoptère, est l’un des plus fou qu’il a créé jusqu’à présent et c’est le fruit de plusieurs réflexions et expériences en affaires qui en font un très bon résultat jusqu’à présent. Celà démontre bien qu’il ne faut jamais abandonner ses rêves.

Vous devez connaître les bénéfices du risque

Pour mieux connaître les impacts des bénéfices du risque tout au long de votre parcours, entourage, entreprise, etc, il est nécessaire que vous preniez le temps de les évaluer à court, moyen et long terme. Il est tout à fait possible que vous décidiez de plonger dans le vide parce que vous croyez fortement en votre idée et que croyez être prêt pour vous lancer. Avoir toutefois une bon portrait de la situation actuelle versus celle désirée va grandement vous aider. Il faut que vous preniez le temps d’y penser.

Vous devez toujours consulter

Consultez régulièrement vos contacts professionnels et proches qui peuvent vous aider à obtenir des informations supplémentaires en ce qui concerne la décision que vous désirez prendre. J’en ai pour ma part toujours retiré des bénéfices à faire cette démarche. Je pose des questions et je reste à l’écoute des conseils. Ensuite, je prends un recul pour assimiler les informations qui m’ont été soumises. La décision finale vient souvent par feeling. J’ai le sentiment que je suis prête à poser une action. Comme plusieurs autres entrepreneurs, dont Stéphan Huot, c’est de cette façon que mes meilleures décisions en affaires se sont prises. Je partage ensuite mes décisions à ceux qui m’ont aidée et certains se proposent même à m’accompagner financièrement ou autrement dans mes démarches, car ils sont contents du choix que j’ai fait.

À vous la parole maintenant. Avez-vous des méthodes à partager pour mieux évaluer un risque en affaires ?

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.