Quel est le temps non facturable au client?

Avez-vous de la difficulté à déterminer ce que vous devez facturer ou non à vos clients? Si vous répondez par l’affirmative, soulagez votre conscience qui vous chuchote à l’oreille des ritournelles qui vous amènent à douter de vous.

Avant de rédiger ce billet, j’ai moi-même fait le tour de la question, puisque je fais partie de ces travailleurs autonomes qui se posent la question en boucle. Je suis tombée sur un article fort intéressant de Nathalie Lachance, Présidente de Natmark-Concept inc., intitulé Le tarif de l’inexpérience.

Facturez pour votre expérience, non pour l’inexpérience

Pour vous aider à juger de ce que vous devez facturer, retenez ceci : le client paie pour votre expertise et non pour votre apprentissage.

L’un des plus grands défis à titre d’entrepreneur consiste à développer ses talents de gestionnaires, de spécialiste marketing, de vendeur et de coordonnateur de projets, pour ne nommer que ceux-là. En entreprise, vous étiez payé pour ce que vous saviez faire. Il en va de même pour votre rôle de travailleur autonome. Si vous maîtrisez encore mal certains chapeaux que vous portez, ce n’est pas au client d’en payer le prix.

Donc, si vous êtes en mesure d’offrir un service à vos clients, mais qu’il vous faut pour cela approfondir vos connaissances sur de nouvelles applications ou plateformes, considérez ces heures d’apprentissages comme une bonification de votre offre de services. Vous facturerez pour ce même service la prochaine fois.

Attention : Si le client exige que vous appreniez tel ou tel outil, la donne est différente. Vous devez vous entendre clairement avant le début du mandat sur la partie que vous êtes prêt à assumer, le cas échéant, et celle que ce dernier devra payer.

Comme l’indique Mme Lachance, ne baissez pas votre tarif! Absorbez ces heures. Ce n’est pas votre expertise qui est en cause, mais bien une transition vers l’ajout d’une nouvelle corde à votre arc.

Le temps « non facturable » ou négociable

Chaque fois que vous négociez avec un client potentiel, même si le compteur tourne, impossible de facturer ce temps. En discutant avec des entrepreneures chevronnées telles que Sylvie Cousineau de CP Concept ou Marie-Josée Houde de Imagine MJ qui possèdent leur entreprise depuis plus de 10 ans, le son de cloche est le même.

La portion de négociation et de préparation du mandat, bien que souvent à nos frais, doit tout de même être concentrée dans un délai raisonnable. Vous devez mettre vos limites, surtout si le mandat est très court. Passer 6 heures à discuter d’un mandat qui en prendra 3 au total est loin d’être rentable. Par contre, si vous négociez pour une entente mensuelle ou annuelle, il y a lieu d’accorder plus de temps au futur client.

La clé consiste à clarifier les tarifs dès le début des négociations et d’inclure, si vous le désirez, une clause selon laquelle la première rencontre ou un nombre d’heures de consultation « X » sera à vos frais, et toute consultation subséquente aux frais du client, lequel sera facturé lors de la signature de l’entente.

plume au carre

Taux horaire ou à forfait?

Si vous réalisez qu’à taux horaire vous perdez beaucoup de temps, penchez plutôt vers le forfaitaire. Il se peut que vous aimiez travailler sur plusieurs mandats à la fois et que vos journées vous plaisent lorsque vous sautez d’un dossier à l’autre. Si vous êtes plus à l’aise avec un forfait, dans lequel vous aurez majoré le temps de façon à vous laisser une marge de manœuvre, allez-y!

Par contre, si vous passez le double du temps estimé à plusieurs reprises, conservez une trace des heures passées sur chacune des tâches afin de remanier votre méthode de soumission… ou même votre méthode de travail, pour évaluer les pertes de temps qui surviennent dans la journée.

Personnellement, j’avoue que les prix à forfait me séduisent beaucoup. Je suis plus disciplinée lorsque je prends la responsabilité de consacrer un nombre d’heures définies pour un échéancier convenu.

Je vous laisserai sur une citation de Marc Chiasson et Marie Brouillet, auteurs du livre Comment facturer mes services. Je me suis procuré ce livre en format électronique à la suite de la recommandation de Mme Lachance sur son blogue. Un réel bijou!

Facturez toujours :

  • Ce que vous faites
  • Ce que vous savez
  • Ce que vous êtes

Stéphanie Themens, alias La Plume

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.