Une croissance qui mène droit au Success Story

Qui aurait pu prédire, lorsque les frères Vincent et François Thériault ont ouvert leur première boutique de 320 pieds carrés, qu’ils auraient, 5 ans à peine plus tard, 5 boutiques à leur actif? C’est simple; eux. Animés d’une confiance et d’une ambition à toute épreuve, les frères Thériault ont tout mis en oeuvre pour bâtir une marque à leur image; innovatrice et remarquable!

C’est pourquoi Vincent était l’invité tout désigné pour nous entretenir sur la croissance en entreprise, lors du déjeuner-causerie Niviti du 30 novembre 2015. Pour l’occasion, nous avons déplacé l’événement dans une magnifique propriété à vendre, au 136 rue Latouche, à Beauport.

La convivialité de Vincent a charmé tout le monde et c’est là l’un des atouts de Surmesur; ”Quand on engage un conseiller, on veut qu’il nous donne le goût d’aller prendre une bière avec lui après”, m’avait dit Vincent quand je faisais mon stage pour lui, il y a de cela plus d’un an déjà. Une chose est sûre, j’en connais plusieurs qui auraient volontiers été prendre une bière avec Vincent après l’événement!

 

Faire en sorte que tous tes employés se sentent investis dans l’entreprise

Voilà le premier conseil que je retiens suite à cet événement. Mais comment? Tout d’abord, en les traitant d’égal à égal. En mettant à profit leurs forces et leurs intérêts pour faire avancer l’entreprise et permettre à chacun de rayonner dans son domaine. “L’un de nos employés nous est arrivé avec une idée de vidéo qu’il voulait réaliser. Nous avons pris le temps de nous asseoir avec lui pour l’écouter et ce qu’il nous a présenté était encore mieux que ce que nous aurions fait nous-mêmes!” a raconté Vincent. “L’an dernier, pour les fêtes, nous avons fermé toutes nos boutiques pendant 2 jours et nous avons invité tous nos employés au Mont-Tremblant pour fêter ensemble. Maintenant, quand un conseiller de Québec appelle à Toronto, il connaît la personne avec qui il parle” témoigne Vincent. C’est souvent un problème des entreprises qui grandissent trop vite; elles se développent en silos et les liens entre les employés se perdent. L’équipe a également créé un groupe Facebook interne, où tous les employés peuvent partager des inspirations, des conseils ou des interrogations. “Ce n’est pas la place pour leur donner des informations officielles, ni pour leur faire des rappels sur la façon dont ils doivent travailler. C’est un endroit où chacun partage ce qu’il croit pertinent et amusant pour le reste de l’équipe.” Une autre belle façon de faire en sorte que les employés apprennent à se connaître et aient envie de s’entraider, peu importe la ville où ils sont situés! Toujours dans l’optique d’imprégner les employés de la culture et des valeurs de l’entreprise, Surmesur forme à la perfection toutes ses recrues au niveau technique (tissus, coupes, styles, mesures, etc.), mais aussi au niveau de l’expérience client à offrir, de l’historique de l’entreprise et des valeurs à véhiculer.

 

Avoir la patience d’être prêt avant de franchir une nouvelle étape

“Nous avons fait l’erreur d’engager notre première ressource trop tôt. Nous avons dû la remercier, non pas parce qu’elle n’était pas compétente, mais parce que nous ne savions pas comment la former” a confié Vincent. Pour les frères Thériault, l’attente a dû être difficile à gérer à certains moments, car ils sont des hommes d’action, comme beaucoup d’entrepreneurs d’ailleurs. Cependant, toutes les erreurs ne sont pas à proscrire. “Il faut faire des erreurs, c’est comme ça qu’on apprend!” a dit Vincent au tout début du déjeuner.

 

Savoir admettre ses erreurs et se retirer d’un projet lorsque cela est nécessaire

Avant de démarrer Surmesur avec François, Vincent avait élaboré un premier projet d’entreprise. Il avait déjà investi un montant substantiel, mais il en aurait fallu encore beaucoup plus pour démarrer la production et devenir rentable. Malgré l’argent investi, il a su mettre de côté ce projet et se lancer dans celui de Surmesur, qui lui apparaissait plus prometteur.

 

Savoir s’entourer de personnes qui nous complètent par leurs forces

C’est un conseil que l’on entend souvent en entrepreneuriat. Dans le cas de Vincent, il faisait déjà une belle équipe avec son frère, qu’il a complétée par sa femme, qui est comptable, et par leur amie, qui travaillait dans une agence marketing. Par la suite, ils ont acquis de nouvelles ressources au fil de la croissance, mais toujours dans l’optique d’aller chercher des talents complémentaires aux leurs.

 

Participez à des concours!

Non seulement cela donne la chance d’acquérir un capital que l’on n’aurait pas eu autrement, mais cela donne aussi un sentiment de fierté à toute l’équipe et une crédibilité aux yeux du public. Pour leur part, l’équipe de Surmesur a remporté la Bourse Jeune Entreprise de la Jeune Chambre de Commerce en 2011, ce qui leur a permis de s’offrir des services qu’ils n’auraient pu se payer à cette étape. “C’est motivant pour les employés de savoir qu’ils travaillent pour une entreprise reconnue. Pour les clients, c’est signe que nous savons ce que nous faisons.” J’ajouterais que pour les entreprises en démarrage, les concours sont une excellente visibilité qu’il est souvent impossible de se payer quand on débute.

 

Faire de ses clients des ambassadeurs de la marque

Ouvrir 5 boutiques en 5 ans, sans faire de publicité à la radio, à la télé ou sur le bord de l’autoroute, est-ce possible? C’est ce qu’a fait Surmesur avec succès. Leur secret? Le bouche à oreille positif de clients enchantés par leur expérience de magasinage. “Dans notre toute première petite boutique, nous avions deux objets essentiels; une tablette et une cafetière de qualité, pour créer un wow dans l’esprit des clients” raconte Vincent. Quelques années et boutiques plus tard, plusieurs autres éléments wow se sont ajoutés, mais le principal demeure; l’expérience client se doit d’être au top. “Au départ, on habillait nos amis et on leur demandait de commenter notre service, pour savoir ce qu’ils aimaient ou pas. Par la suite, ce sont leurs patrons qui sont venus nous voir, car eux aussi voulaient découvrir cette nouvelle marque qu’arboraient fièrement leurs employés. On a aussi reçu beaucoup de papas, qui se sont fait offrir des cartes-cadeaux par nos clients.” Les fournisseurs aussi doivent être traités avec attention, car ils peuvent apporter beaucoup à l’entreprise, rappelle Vincent. Plusieurs fois par année, François, en charge des achats, contacte ses fournisseurs pour entretenir le lien. Lorsque vient le temps de leur demander un service particulier, ou simplement de négocier les achats, ce bon contact s’avère fort utile!

 

Connaître son positionnement et son marché

Vincent avoue ne pas avoir fait de plan d’affaires au tout début de l’entreprise, mais il avait tout de même une vision claire d’où il souhaitait aller: du sur mesure accessible aux clients du prêt-à-porter. Assez abordable pour les hommes qui débutent leur carrière, et assez classe pour leurs patrons. À travers les milliers de tissus, coupes, styles et accessoires disponibles, le designer extraverti comme le banquier classique y trouvent leur compte. “Une erreur que nous avons faite est de nous être lancés sans connaître suffisamment le domaine du vêtement. Cela nous aurait permis d’éviter certaines erreurs et de gagner du temps” admet Vincent.

 

Je pourrais écrire encore des pages et des pages qui décrivent comment les frères Thériault ont réussi à faire de leur entreprise un véritable Success Story, mais je vous propose plutôt de poursuivre la réflexion avec vous!

Voyez-vous d’autres forces dont ils ont fait preuve et qui les ont aidés? De votre côté, comment vivez-vous la croissance?

J’ai hâte de vous lire! 😉

Crédit photo: Raphaël Parent

Faites partie des premiers à être au courant des nouveaux événements de Niviti en plus de recevoir notre contenu exclusif.