Marketing de réseau, Vente et marketing

Le marketing de réseau : c’est quoi exactement ?

Le marketing de réseau, en anglais MLM ( Multi-Level-Marketing ) a vu le jour aux États-Unis dans les années 1940 et a été popularisé dans les années 1950 notamment grâce à l’entreprise Tupperware qui est aujourd’hui présente dans presque tous les pays peut-on lire sur Wikipédia. Pour mieux illustrer ce concept, voici quelques exemples d’entreprises de marketing de réseau: Arbonne, Épicure, Younique, Nature’s Sunshine, Organo Gold et Mary Kay. En toute franchise, pendant longtemps, j’en ai eu une mauvaise perception. Le message véhiculé présume souvent que tout le monde peut réussir facilement dans ce domaine d’activité alors que la réalité est souvent le contraire. En effet, comme toute entreprise, il faut mettre beaucoup d’efforts pour réussir.

Aujourd’hui, même si cette façon d’entreprendre ne me rejoint toujours pas, je comprends beaucoup mieux la motivation des personnes  qui décident de se lancer dans ce type d’aventure. Et ce, grâce à des échanges avec des membres du groupe Facebook Dans la tête des entrepreneurs. J’ai maintenant un grand respect pour ceux et celles qui réussissent à en vivre à temps plein.

Le principe de base du marketing de réseau.

Le principe de base est simple. De façon générale, selon Katy Duclos, conseillère indépendante pour Arbonne, vous pouvez recevoir une commission allant de 15 à 35% sur les ventes personnelles. Vous pouvez aussi recevoir 50 % sur plusieurs gammes de produits achetés en lot. Maintenant, à savoir si vous pouvez gagner un revenu récurrent, ça dépend. «  C’est possible, si vous réussissez à atteindre un niveau de gestion avec une équipe. Toutefois, vous devez  réussir à faire des ventes comme conseillère avant. Un minimum de volume de ventes est établi mensuellement. Puis, nous avons un pourcentage des ventes des membres de notre équipe en fonction de son niveau de rapprochement. 1er niveau étant directement sous moi, 2e niveau étant un conseiller de ma conseillère de 1er niveau et ainsi de suite. Les pourcentages sont toujours les mêmes selon le niveau. ». Aussi, selon vos ventes, vous aurez également accès à des récompenses telles que voyages incitatifs, cadeaux incitatifs, congrès gratuits, activités diverses organisées par votre lignée de succès (marraines et mentors). Enfin, Mme Duclos précise que pour calculer le volume de ventes, un montant maximal peut être généré par un membre de votre équipe. « Ce qui est tout à fait logique. On dit souvent que c’est la façon de notre compagnie de nous rémunérer pour le coaching et le transfert de connaissances puisqu’on se parle plusieurs heures par semaine. »

Les avantages du marketing de réseau

Mes échanges m’ont permis d’apprendre que ce marché était en forte croissance. J’ai saisi que pour s’investir dans le marketing de réseau,  il fallait surtout posséder une motivation très forte à vouloir réussir. Aussi, j’ai pu constater que les frais de démarrage pour se lancer avec ce type d’entreprise sont très faibles comparativement à une entreprise traditionnelle. Vous rejoignez, en tant que travailleur autonome, une entreprise avec une réputation déjà établie qui vous fournira les outils, la formation et le matériel nécessaires afin de faire la promotion de leurs produits. Autrement dit, vous devenez un ambassadeur de leur entreprise. Vous serez accompagné tout au long de votre cheminement afin d’avoir les bons outils pour monter votre entreprise de marketing de réseau. «  Nous avons accès à des mentors qui ont de  l’expérience et qui ont réussi » précise Nancy Ste-Marie, Directrice indépendante des ventes pour les Cosmétique Mary Kay. Enfin, vous pouvez aussi exercer ce travail à partir de chez vous et bénéficier de déductions d’impôts. Autrement dit cela peut être une bonne façon d’arrondir vos fins de mois. Pour Valérie Bélanger, conseillère en santé et en bien-être et représentante indépendante pour Nature’s Sunshine, entreprendre avec le marketing de réseau lui permet d’être plus présente avec sa fille qui vient d’entrer à la maternelle. Elle travaille moins d’heures par semaine.

Pour conclure, en m’intéressant aux membres du groupe Facebook Dans la tête des entrepreneurs qui travaillent en marketing de réseau, j’ai compris qu’il fallait beaucoup de passion pour les produits de l’entreprise que l’on représente pour percer dans cet univers. Sara Beaudoin, représentante Organo Gold, a mentionné que tout cela débute lorsqu’on vous présente un produit que vous trouvez de bonne qualité et que vous désirez simplement le faire connaître et en faire bénéficier à votre entourage. Julie Rochette, Conseillère indépendante avec Épicure, est un bel exemple pour illustrer ce propos. Au départ, elle utilisait Épicure uniquement pour offrir leurs thés en clinique et aussi pour les vendre aux clients. Au fil du temps, elle a découvert une excellente gamme de produits exclusifs pour la cuisine et c’est avec fierté qu’elle représente l’entreprise et ses produits. Épicure lui a permis de partager une nouvelle passion avec d’autres personnes et l’a poussée à entrer en contact avec des gens auxquels elle n’avait jamais envisagé rencontrer auparavant.

Et bien sûr, que ce soit à temps plein ou à temps partiel, ce type d’entrepreneuriat n’est pas nécessairement adapté à tout le monde. En ce qui me concerne, je vois maintenant le marketing de réseau comme une autre façon de se développer en tant qu’entrepreneur.  Selon ma perception, le marketing de réseau  peut permettre à une personne d’augmenter sa confiance en soi, de se développer en tant qu’individu et d’acquérir des notions en vente grâce aux nombreuses formations qu’elle reçoit.

À vous la parole maintenant. Je suis curieuse de connaître votre perception du marketing de réseau.

The following two tabs change content below.

Kim Auclair

Présidente chez Niviti
Entrepreneure, blogueuse et conférencière, j'ai développé, au fil des années, une riche expérience dans le domaine du Web. En 2005, j'ai fondé MacQuébec, une communauté Web d’utilisateurs de produits Apple au Québec et je préside depuis 2011. Je fait actuellement de la consultation Web pour augmenter la visibilité des entreprises en démarrage dans les médias.

6 Comments

  1. Je te relis aujourd’hui et je voudrais apporter un précision sur ce que tu mentionne. Pour toi nous sommes des ambassadeurs alors que je nuancerais ce propos. Un ambassadeur pour moi est un employé. Alors que nous ne sommes en rien des employés. Mary Kay est un fournisseur ou l’analogie que je préfère, est un franchiseur ! Au même titre qu’un McDonald ou concessionnaire auto par exemple.

    1. En fait, toute personne en affaires se doit logiquement d’être le meilleur ambassadeur, la meilleure ambassadrice de son entreprise. Ainsi, feu Mary Kay Ash était la plus grande ambassadrice de Mary Kay….tout comme Kim Auclair, qui est la plus importante ambassadrice de Niviti. Également, une cliente ravie d’un produit ou d’un service, peut agir en tant qu’ambassadrice en partageant son expérience avec d’autres personnes. Ce que fera tante Georgette en recommandant…à titre gratuit ou onéreux, l’eau de Cologne True Original de Mary Kay à sa meilleure amie Joséphine. On pourrait aussi penser à l’influenceur qui, moyennant un peu de fric, va agir en tant qu’ambassadeur d’une marque auprès de ses groupies. Pensons au Président Trump qui avait endossé ACN, mais qui depuis s’en distance. Je pourrais donner d’autres exemples, comme celui des personnes impliquées dans une cause sociale..mais on a bien compris le point. Ambassadeur et employé ne sont pas toujours synonymes.

  2. La vraie question qui se pose est: Qui peut à juste titre se qualifier d’entrepreneur? Une personne impliquée dans le marketing de réseau revend des produits et recrute d’autres revendeurs et c’est pas mal tout. C’est de la vente à commission, du recrutement…au mieux: du travail autonome ou indépendant. Oui, cela implique de se botter le derrière, d’investir du temps et de passer une commande de produits à tous les mois afin de conserver le droit de revente. Mais on ne crée pas, on n’innove pas, on ne négocie pas. On vend des produits et une opportunité de revendre et nos produits et notre opportunité point. Il ne manque à peu près qu’un contrat de travail et un salaire et on a affaire à un employé. L’entrepreneur dans ce cas serait plutôt celui qui aurait fondé la pyramide…pardon, la société de marketing de réseau. En effet, cet entrepreneur aura créé une certaine offre, embauchera des employés, aura affaires à des fournisseurs de services, à des investisseurs, des banquiers, va essayer de recruter une vedette d’un autre réseau, ira se défendre au Tribunal d’accusations que son commerce est illégal et retournera à la Cour poursuivre sa vedette qui a rompu son contrat d’ambassadeur pour la nouvelle entreprise de mlm rivale, va organiser des conférences régionales de motivation avec des invités-acteurs payés. Au final, je concède davantage à ce fondateur d’entreprise la palme de l’entrepreneur plutôt qu’à son représentant indépendant.

  3. Bjrrr à vous message intéressant sur le MLM, ici aussi je n m considère pas comme employé de la Ste MLM où je suis car j’ai pas un contrat, ni de salaires fixe, d objectif à atteindre pour la société mais personnelle. J’y gagne bcp pour les formations en développement personnel et leadership qui m aident dans tout autres domaines, même personnel. En fait c est un style de vie, une autre mentalité pour voir ses rêves s accomplir. Intéressée au MLM avec une entreprise multinationale avec un partenaire de formation sur l homme alors je vous attends dans mon équipe. En conclusion le MLM chez nous n est pas le produit mais l homme car si l homme est bien formé le reste suis quelque soit le produit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *